Articles royalistes de jean-Philippe Chauvin
Un samedi à Paris : le témoignage d’un spectateur engagé. Partie 3 : La place de l’Etoile, ce champ de bataille…

Après une longue errance avec des petits groupes de gilets jaunes désorientés et agacés, harcelés par des forces de l’ordre visiblement aussi décontenancées que nous, avec des « en civil » casqués qui pointent leur sorte de tromblon noir vers les manifestants alors même que ceux-ci lèvent les mains vers le ciel en signe d’apaisement, je décide de remonter seul vers la place de l’Étoile d’où l’on entend la rumeur qui enfle régulièrement pour s’apaiser ensuite quelques minutes, comme pour mieux reprendre son souffle. L’avenue que j’ai déjà empruntée est encore plus dévastée que l’heure d’avant mais plus personne ne semble se soucier des voitures calcinées ou en cours de combustion : tout n’est plus qu’un immense grondement, comme une tempête sans pluie, et l’émeute semble maître du terrain, les forces de l’ordre ayant visiblement abandonné cette avenue, sauf au commencement des rues adjacentes. Là, les cars de police se tiennent les uns contre les autres, formant un barrage infranchissable et les policiers tiennent en joue des ennemis que je ne vois pas, sans doute derrière moi. Tout autour de moi, ça fume des cigarettes, ça discute, ça rigole, ça se moque, ça se repose aussi, et nombre de manifestants sont assis sur le pas des portes, un masque de papier autour du cou pour la plupart. Ici, beaucoup de jeunes, aux apparences très diverses, entre loden et blouson de cuir, tenue de ville ou de sport, parlant riche ou rural, voire banlieue. Des gens très différents qui, d’ordinaire, ne se croisent ni ne se parlent… Magie de l’émeute !

La suite