Migrants : Sal­vi­ni attend des « réponses claires » de Paris après un « inci­dent » à la fron­tière

Migrants : Sal­vi­ni attend des « réponses claires » de Paris après un « inci­dent » à la fron­tière

Mat­teo Sal­vi­ni, ministre de l’In­té­rieur ita­lien. Daniele Mosna/AP

Le ministre de l’In­té­rieur ita­lien a récla­mé lun­di des expli­ca­tions « rapides et sans équi­voque » après qu’un véhi­cule de gen­dar­me­rie a recon­duit de nuit des migrants en ter­ri­toire ita­lien. « Une erreur » selon la pré­fec­ture des Hautes-Alpes.

Le ministre de l’In­té­rieur ita­lien Mat­teo Sal­vi­ni a récla­mé lun­di des « réponses claires » après que des gen­darmes fran­çais eurent recon­duit des migrants en ter­ri­toire ita­lien à Cla­vière, un « inci­dent » selon les auto­ri­tés fran­çaises. « Ils parlent d’in­ci­dent ? (Le pré­sident fran­çais Emma­nuel) Macron qui se dit bon et géné­reux débarque de nuit des migrants en Ita­lie ? Nous pré­ten­dons obte­nir des réponses, rapides et sans équi­voque de la part de Paris », a affir­mé lun­di soir sur Face­book, M. Sal­vi­ni, qui est aus­si le patron de la Ligue (extrême droite).

La pré­fec­ture des Hautes-Alpes, dépar­te­ment fran­çais concer­né à la fron­tière ita­lienne, a recon­nu lun­di qu’il y avait eu une « erreur, dont les cir­cons­tances doivent être cla­ri­fiées ». « L’in­ci­dent est sur­ve­nu ven­dre­di matin dans le cadre d’une mis­sion de recon­duite à la fron­tière de per­sonnes étran­gères en situa­tion irré­gu­lière », a indi­qué à l’AFP la pré­fète des Hautes-Alpes Cécile Bigot-Dekey­zer.

La suite