Des mousquetaires du Roi aux barbouzes de la République.
|

Des mousquetaires du Roi aux barbouzes de la République.

C’est parfois à ce qui peut sembler dérisoire de prime abord que l’on reconnaît un homme ou un régime politique, et qu’on le juge : ce n’est pas forcément juste mais c’est ainsi, et la politique, tout comme l’exercice de l’État, n’est pas un chemin de roses, même si les épines sont souvent bien là… L’affaire Benalla nous rappelle ces quelques vérités simples, et fournit l’occasion d’en tirer quelques leçons que la République se chargera sans doute d’oublier au prochain locataire de l’Elysée, avant l’affaire suivante : l’histoire sert-elle vraiment à quelque chose dans ce régime d’amnistie (celle qui accompagne l’amnésie) quinquennale, qui, d’une élection à l’autre, croit repartir à zéro, dans une sorte de « tabula rasa » permanente ?

M. Benalla révèle, à son corps défendant (sans jeu de mots au regard de sa fonction près du président Emmanuel Macron), les vices d’une République qui croit, sous la cinquième du nom, imiter la Monarchie quand elle n’en est que la caricature, parfois réussie, souvent affligeante, voire odieuse en certaines occasions. Ainsi, si l’on s’intéresse au cas des gardes du corps (ce qu’est M. Benalla, malgré la titulature de « conseiller » ou de « collaborateur du président » que la presse lui attribue) ou des serviteurs de l’État incarné, il y a une grande distance entre les mousquetaires du Roi (ou les Gardes suisses) et les barbouzes de la République qui, depuis le SAC gaulliste aux officines privées dites de sécurité, arpentent les allées du Pouvoir, voire du Parlement : le « pays légal » (qui semble avoir mieux résisté au passage du temps que le « pays réel », souvent difficile à définir ou à délimiter, et source de tous les phantasmes, élitaires ou populistes) évoque souvent de grands principes mais pratique « la petite vertu »

La suite