Les royalistes en Mai 68. Partie 3 : L’Action Française contre les “Vietniks”.
|

Les royalistes en Mai 68. Partie 3 : L’Action Française contre les “Vietniks”.

La guerre du Vietnam et l’intervention des troupes états-uniennes du côté du Sud-Vietnam pro-occidental déclenchent dès 1965 un vent de contestation aux États-Unis mêmes, vent qui souffle bientôt en tempête sur tous les pays du « camp capitaliste » et particulièrement sur les campus, désormais de plus en plus vastes et ouverts aux nouvelles classes montantes des sociétés démocratiques. Le mouvement étudiant SDS (Students for a Democratic Society), à l’origine de la première manifestation américaine contre la politique interventionniste des États-Unis au Vietnam, fait partie de cette nouvelle gauche radicale très portée sur la « théorisation » et capable de fournir à ses militants un instrument dialectique efficace. Sans doute parce que la jeunesse a besoin de certitudes plus encore que de réalités et de nuances, elle est moins attirée par une Eglise qui doute que par des chapelles qui affirment… Et les groupuscules marxistes-léninistes, trotskistes et maoïstes, profitent de la réprobation d’une grande partie de l’opinion publique en Europe de l’Ouest (et même du général de Gaulle dont le discours de Phnom-Penh retentit encore douloureusement aux oreilles de l’administration états-unienne…) pour recruter et former des cadres, en Allemagne, en Italie et bien sûr en France, que « l’oncle Ho » connaît bien…

A Paris, les groupes d’extrême-gauche, même s’ils ne comptent pas beaucoup de membres actifs, font bien du bruit et savent se faire une large publicité par des « opérations » (manifs, chahuts, éventuellement bagarres) qu’ils font « mousser », comme savaient le faire jadis les Camelots du Roi, « première bande révolutionnaire d’Europe » selon un observateur d’avant 1914 : tout est utilisé, et la guerre du Vietnam est une véritable aubaine. Autour de ce thème, ils cristallisent tous les mécontentements d’une jeunesse mal à l’aise dans une société de consommation dont le confort ne remplace pas encore le « supplément d’âme » indispensable aux jeunes, cet idéalisme un peu romantique qui fait parler de la jeunesse comme d’une folie passagère, d’une passion incontrôlable…

La suite