L’Action Fran­çaise se penche sur Mai 68 et le Bien commun

L’Action Fran­çaise se penche sur Mai 68 et le Bien commun

Paris Vox  – Le Forum de Gre­nelle (XVe arron­dis­se­ment), a accueilli, same­di 12 mai, le col­loque annuel de l’Action Fran­çaise. Au pro­gramme, une quin­zaine d’invités pour ten­ter de défi­nir le Bien com­mun et le confron­ter  aux évé­ne­ments de Mai 68. Dans la salle, plus de 400 per­sonnes ont pris place, pour quatre heures de débats, d’entretiens et d’interventions. 


Un col­loque décou­pé en quatre par­ties et ani­mé par Phi­lippe Mes­nard. Dans un pre­mier temps Sté­phane Blan­chon­net, Hilaire de Cré­miers, Thi­bault Isa­bel et Fré­dé­ric Rou­villois ont ten­té de redé­fi­nir cette notion de bien com­mun, l’après-midi s’est ensuite enchaî­née avec l’entretien de Gérard Leclerc, inter­ro­gé par Phi­lippe Mes­nard sur l’esprit qui ani­mait les soixante-hui­tards. Dans un second temps, six jeunes mili­tants ont pris la parole pour expo­ser les chan­tiers de Mai 2018. Édu­ca­tion, jus­tice, immi­gra­tion, indus­trie, bioé­thique ou encore éco­lo­gie, tous les sujets piliers d’une doc­trine poli­tique ont été abor­dés. Pour conclure, le der­nier débat a ten­té de sou­le­ver la ques­tion du len­de­main. Avec Gabriel Robin, Jacques de Guille­bon, Charles Saint-Prot et Jean-Phi­lippe Chau­vin, tous ont ten­té à leur manière de mon­trer la voie à emprun­ter pour des len­de­mains meilleurs. 

Dans une socié­té écla­tée, déra­ci­née, peut-on encore pen­ser le bien com­mun ?“, inter­roge Fran­çois Bel-Ker, à notre jour­na­liste pré­sent su rplace. Le Secré­taire géné­ral de l’Action fran­çaise sou­hai­tait, à tra­vers l’anniversaire de Mai 68, conti­nuer la réflexion, enta­mée depuis déjà plu­sieurs édi­tions des col­loques, sur la notion de Bien com­mun. Une idée deve­nue “com­plexe par manque de repères“, selon le chef de file du mou­ve­ment royaliste.

La suite