« Les man­dats sont trop courts pour mener des poli­tiques, le roi c’est la conti­nui­té »

« Les man­dats sont trop courts pour mener des poli­tiques, le roi c’est la conti­nui­té »

Alors que la Grande-Bre­tagne célèbre son nou­veau couple royal, en dépit de leur faible nombre, en France, les roya­listes tentent de renou­ve­ler leur image et veulent être dans le débat démo­cra­tique. Qui sont-ils ? Témoi­gnages.

Le Royaume-Uni sera à la fête ce same­di pour célé­brer le mariage du prince Har­ry avec l’ex-actrice amé­ri­caine Meghan Markle. Un engoue­ment qui a tra­ver­sé la Manche. Cer­tains Fran­çais semblent être fas­ci­nés par cette per­ma­nence monar­chique au sein de ce grand régime par­le­men­taire. Au-delà de cet évé­ne­ment gla­mour et « people », les roya­listes s’affichent en France avec de nou­veaux codes sur les réseaux sociaux. Néan­moins, ce renou­vel­le­ment de l’image ne gomme pas les divi­sions internes héri­tées de l’Histoire qui limitent l’audience de cette mou­vance.

Les roya­listes ne repré­sentent qu’une mino­ri­té « dif­fi­ci­le­ment chif­frable et numé­ri­que­ment faible », selon le spé­cia­liste des anciennes élites dans la France contem­po­raine Eric Men­sion-Rigau. Para­doxa­le­ment, en 2018, la plu­part des par­ti­sans du retour à la monar­chie ne sont plus issus de la noblesse. Même si le roya­lisme ne peut pas être confon­du avec l’Action fran­çaise, cette école de pen­sée natio­na­liste théo­ri­sée par Charles Maur­ras est aujourd’hui domi­nante sur le seg­ment poli­tique. 

Le mou­ve­ment cherche même à renou­ve­ler son image. Revi­go­rée par la Manif pour tous et la créa­tion du Prin­temps Fran­çais, l’Action fran­çaise reven­dique un chiffre stable de 3 000 adhé­rents. Mais elle recrute des jeunes d’extrême droite atti­rés par le sché­ma de pen­sée maur­ras­sien et l’agitation poli­tique que pro­pose le mou­ve­ment, comme le raconte Leï­la, 22 ans. Etu­diante à Bor­deaux, elle a par­ti­ci­pé au col­loque du same­di 12 mai orga­ni­sé sur mai 68 par l’Action fran­çaise à Paris. 

La suite