Même mort, Maur­ras fait encore suer la République !

Même mort, Maur­ras fait encore suer la République !

Alors que l’éditeur Robert Laf­font vient d’annoncer offi­ciel­le­ment la sor­tie immi­nente d’une réédi­tion par­tielle mais impor­tante (1300 pages) des œuvres du maître de l’école d’Action fran­çaise, le feuille­ton de ce qu’on peut appe­ler l’affaire Maur­ras connaît un énième rebondissement.

La déci­sion invrai­sem­blable de Madame Nys­sen de faire mettre au pilon, à cause d’une notice sur Maur­ras, le livret offi­ciel des com­mé­mo­ra­tions 2018, après une simple polé­mique de quelques jours sur les réseaux sociaux, avait déjà été désa­vouée lors du dîner du C.R.I.F. par le pré­sident Macron en personne.

Hier, on appre­nait que c’était au tour des his­to­riens du comi­té scien­ti­fique des com­mé­mo­ra­tions de démis­sion­ner pour affi­cher leur incom­pré­hen­sion face à cette cen­sure de Maur­ras, dont l’importance his­to­rique ne fait pour eux aucun doute, et face au mépris pour leur tra­vail, dont ils rap­pellent, non sans iro­nie, qu’il avait été salué par le ministre lui-même dans sa pré­face. Soit Madame Nys­sen ne sait pas lire, soit elle a eu la légè­re­té de faire l’éloge d’un ouvrage sans en prendre connais­sance, soit elle est une girouette qui change de posi­tion à chaque petit coup de vent !

Dans tous les cas, pour l’Action fran­çaise, il est incom­pré­hen­sible après ce double désa­veu, pré­si­den­tiel et scien­ti­fique, qu’elle ne pré­sente pas sa démis­sion ! Quant à Maur­ras, il semble bien que tous les efforts de ses enne­mis pour empê­cher la com­mé­mo­ra­tion des 150 ans de sa nais­sance, aient sur­tout pour effet d’en faire chaque fois et de plus en plus net­te­ment l’homme de l’année 2018 !