Les agri­cul­teurs fran­çais : de nou­veaux serfs ?
|

Les agri­cul­teurs fran­çais : de nou­veaux serfs ?

Chaque année, à la fin du mois de février, les médias se mettent à par­ler du monde agri­cole, de ses dif­fi­cul­tés et des défis qu’il doit rele­ver, tan­dis que les hommes poli­tiques, du pré­sident au conseiller géné­ral, se pré­parent au mara­thon de quelques heures qu’ils vont effec­tuer au Salon de l’A­gri­cul­ture. Chaque année, c’est donc le même rituel, les mêmes déplo­ra­tions, les mêmes coups de men­ton, et cette année ne rompt pas avec cette tra­di­tion qu’il convien­drait pour­tant de cri­ti­quer et d’a­men­der, car chaque année, la situa­tion glo­bale des agri­cul­teurs semble bien empi­rer et les cam­pagnes pay­sannes pour­suivre leur lent et inexo­rable mou­ve­ment de déser­ti­fi­ca­tion et d’u­ni­for­mi­sa­tion pay­sa­gère… La sur­face agri­cole utile ne cesse de dimi­nuer et, désor­mais, elle est bien en des­sous de la moi­tié de la super­fi­cie totale de la métro­pole, ce qui peut, légi­ti­me­ment, inquié­ter quand on sait que la popu­la­tion fran­çaise, elle, pour­suit sa pro­gres­sion numé­rique. Dans le même temps, la sur­face des exploi­ta­tions, de moins en moins nom­breuses, conti­nue à gros­sir, et les pro­jets d’a­gri­cul­ture inten­sive de type « ferme des mille vaches » se mul­ti­plient, au nom de la « néces­saire com­pé­ti­ti­vi­té », et sui­vant le modèle déve­lop­pé en Alle­magne et aux Pays-Bas, modèle qui leur a per­mis de dépas­ser la France au rang des pays expor­ta­teurs de pro­duits agri­coles : la quan­ti­té, mais pas for­cé­ment la qua­li­té, paraît pri­vi­lé­giée quand les sta­tis­tiques sont en jeu.

La suite