Que pensent les roya­listes du “jupi­té­rien” Macron ?

Que pensent les roya­listes du “jupi­té­rien” Macron ?

Emma­nuel Macron fête son arri­vée en tête au Parc des Expo­si­tions de la Porte de Ver­sailles au soir du pre­mier tour. Eric FEFERBERG / AFP

 Emma­nuel Macron qui affirme vou­loir res­tau­rer la fonc­tion de chef de l’É­tat a sou­vent fait réfé­rence aux codes de la monar­chie, qui imprègnent toutes les ins­ti­tu­tions de la Ve Répu­blique. Une stra­té­gie qui n’a pas lais­sé indif­fé­rents les roya­listes, heu­reux devant ces initiatives.

Il a fal­lu que la cou­ronne change de tête pour qu’il accepte. En jan­vier 2016, Sté­phane Bern, inter­viewé par le jour­nal suisse Le Temps, riait à l’i­dée de deve­nir ministre du Patri­moine. Entre le “nor­mal” ou le “jupi­té­rien”, l’a­ni­ma­teur, res­té dix-huit ans au mou­ve­ment de la Nou­velle Action roya­liste, a fina­le­ment choi­si le second, en accep­tant same­di 17 sep­tembre la mis­sion béné­vole que lui avait pro­po­sée son ami Emma­nuel Macron  “d’identifier en prio­ri­té les tré­sors mécon­nus du patri­moine français”.

Si des his­to­riens comme Mathilde Lar­rère ou Nico­las Offens­tadt ont cri­ti­qué ce choix “tout sauf neutre poli­ti­que­ment”, la nou­velle n’a pas déplu à tous, loin de là. Inter­ro­gé quelques jours après cette nomi­na­tion, Chris­tophe Paillard est enthou­siaste. “C’est plu­tôt posi­tif !” se réjouit le délé­gué régio­nal Île-de-France d’Al­liance royale (AR), qui pour­suit : “Le fait qu’Em­ma­nuel Macron choi­sisse des per­sonnes com­pé­tentes et inté­res­sées par le sujet comme Sté­phane Bern montre qu’il n’a pas une hos­ti­li­té envers les roya­listes.” Pour celui qui avait recueilli 0,37 % au pre­mier tour des légis­la­tives de 2017 dans les Hauts-de-Seine (92), le pré­sident semble por­ter “une ambi­tion pour la France et veut redon­ner du pres­tige à la fonction”.

La suite