Le chef d’état-major des armées dézingue la “régulation budgétaire sauvage” de Bercy

Le chef d’état-major des armées dézingue la “régulation budgétaire sauvage” de Bercy

Ceux qui attendaient un nouveau chef d’état-major des armées effacé, après le traumatisme de la démission du général Pierre de Villiers fin juillet, en seront pour leurs frais. Devant les 550 participants de l’Université de la défense, véritable aréopage du secteur militaire qui se réunit tous les ans début septembre, le nouveau chef d’état-major François Lecointre a montré mardi 4 septembre qu’il n’avait pas l’intention de renoncer à la liberté de parole de son prédécesseur. Interrogé sur ses attentes sur la future revue stratégique, qui doit fixer les objectifs des forces françaises pour les prochaines années, le CEMA a tenu à faire passer des messages clairs. “La réalité, c’est que l’urgence s’impose en matière de défense et de sécurité, a-t-il martelé. Le ministère des armées ne peut pas se dérober à cette urgence.”

Premier message fort : le nouveau CEMA n’a aucune intention de renoncer à donner son avis sur les arbitrages financiers. ” Le chef d’état-major des armées, parce qu’il porte les opérations du ministère, porte aussi, par fonction, des responsabilités en matière de cohérence générale, à la fois de la programmation et des engagements budgétaires”, rappelle le général Lecointre, qui revendique un rôle majeur sur les investissements, la préparation du budget, les ressources humaines. Une façon de bien montrer que le poste de CEMA n’a rien perdu de ses prérogatives, malgré le psychodrame de juillet.

La suite