Des députés macronistes critiquent la baisse du budget de la Défense

Des députés macronistes critiquent la baisse du budget de la Défense

Jean-Jacques Bridey, le président (LREM) de la Commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale Crédits photo : GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Le président de la commission de la Défense nationale à l’Assemblée nationale « regrette » que le gouvernement demande 850 millions d’euros d’économies au ministère de la Défense, en 2017. Et ce, malgré la sévère mise au point d’Emmanuel Macron.

La Grande Muette est-elle à l’origine d’un début de fronde au sein de la République en marche ? Parfois présentés comme « caporalisés », plusieurs députés macronistes s’élèvent vendredi contre l’intention du gouvernement de réaliser en 2017 l’équivalent de 850 millions d’euros d’économiesr au ministère de la Défense, avant une hausse promise du budget dès 2018 qui devrait représenter, en 2025, 2 % de la richesse nationale.

Le président de la commission de la Défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale, Jean-Jacques Bridey, a « regretté » vendredi sur RFI les économies réclamées par le ministère des Comptes publics. « C’est un choix. Personnellement, je le regrette, surtout quand je vois l’explication qui a été donnée par Bercy, puisqu’on nous dit qu’il faut faire 4 et quelques milliards d’économies (sur l’ensemble des ministères, NDLR) mais que dans le même temps, on ouvre 1,5 milliard d’ouverture de crédit pour la capitalisation d’Areva », a tancé le député macroniste du Val-de-Marne.

« (…) Nos hommes risquent leur vie tous les jours sur les théâtres d’opération… On leur demande de faire des sacrifices budgétaires, des coupes budgétaires, pour recapitaliser une société qui est certes importante, mais on aurait pu trouver un autre moyen », a encore avancé l’ancien socialiste qui « comprend » la colère du chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers. Pour Jean-Jacques Bridey « il y a nécessité quand même de tenir les 3 % (de déficit, NDLR), donc il faut que tous les ministères y compris la Défense » contribuent. « Est-ce que c’est à hauteur de 850 millions ? Le débat, maintenant, est clos », a-t-il avancé.

La suite