La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce.
|

La solidarité européenne existe-t-elle vraiment ? Le cas de la Grèce.

Dans cette campagne présidentielle, il est beaucoup question d’Europe et de sa forme politique actuelle baptisée Union européenne : certains la dénoncent, d’autres, au contraire, l’annoncent comme la nouvelle Terre promise et veulent en renforcer les grands aspects, principalement dans le sens des signataires du Traité de Rome de 1957, c’est-à-dire dans le cadre d’une idéologie libre-échangiste et supranationale que dénonçait dès 1957 Pierre Mendès-France. Autant dire que les points de vue des candidats qui s’affrontent apparaissent, au final, très variés et, souvent même, antagonistes.

Mais, s’il est souvent question d’Europe, ne serait-il pas utile d’évoquer, au-delà du Brexit qui agite beaucoup les salles de rédaction et les états-majors des candidats, le cas de la Grèce et du traitement qui lui est actuellement infligé, dans une indifférence quasi-générale en Europe et parmi les opinions publiques d’un ensemble « Union européenne » qui se veut « cohérent » et, surtout sous la plume des éditorialistes europhiles, « solidaire » ?

Cela fait désormais plus de sept ans que la Grèce s’enfonce chaque jour un peu plus dans le marasme et la misère sociale, depuis qu’il a été démontré que ce pays avait, avec le soutien de la banque états-unienne Goldman Sachs, triché sur ses comptes pour intégrer la zone euro qui devait lui garantir, si l’on en croit les promesses faites depuis le traité de Maëstricht, sécurité financière et prospérité. Il suffit de relire les articles et les livres écrits à la veille de la décennie 2000 pour constater, au regard des réalités de 2017, que l’euro n’a évidemment pas tenu ses promesses, à part celle de pouvoir circuler avec la même monnaie dans près d’une vingtaine de pays de l’Union : maigre consolation pour les Hellènes que de voir la chouette d’Athéna sonner sur les comptoirs parisiens ou berlinois…

La suite