A propos de la laïcité
L’économiste Jacques Sapir s’exprime lors du congrès du parti fondé par Nicolas Dupont-Aignan, Debout la République, le 21 novembre 2010, à Paris. FRANCOIS GUILLOT/AFP

Mon collègue Jérôme Maucourant vient de m’envoyer un texte où il explique son ralliement à la notion de laïcité. C’est un texte important, et un texte remarquablement argumenté, comme on peut le constater à en lire des extraits. « Le libéralisme se méfie de ces nationalismes civiques qui, au nom de la nécessité de construire un bien commun, insiste sur le respect de règles laïques et veulent donner du contenu à l’idéal d’égalité. Les libéraux, en effet, réduisent la liberté à la « jouissance paisible de l’indépendance privée  » (Constant) et craignent par dessus tout la participation de tous à la politique. Se dessine en creux une démocratie sans souveraineté. Or, l’Etat social, moyen de l’égale liberté de tous, incarne au contraire le projet de la nation politique et peut contrecarrer la bonne marche du « doux commerce ». (…)la droite décline son versant économique, la gauche son versant culturel. Une certaine gauche, parfois, semble reprendre au sérieux l’idéal de la nation politique mais oublie, par calcul électoral ou peur de l’ostracisme, les présupposés nécessaires du fait national en termes de laïcité et de culture. Les tenants de la nation ethnique peuvent l’emporter alors sur les partisans de la nation politique, car aucun groupe humain qui pense devoir persévérer ne renoncera à se priver des moyens d’une perpétuation de son être, fût-ce au prix d’un dévoiement absolu. La « trahison de la gauche », pour reprendre encore un mot d’Orwell, devra être rappelée au moment d’une possible catastrophe.

La suite