La repen­tance au secour de la République ?

La repen­tance au secour de la République ?

A pro­pos de la rafle du Vel d’Hiv Au « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figa­ro, inter­ro­gée sur ce crime et la déci­sion de Jacques Chi­rac de recon­naître en juillet 1995 la res­pon­sa­bi­li­té de la France, Marine Le Pen a répon­du sim­ple­ment que la France n’était pas cou­pable, ce qui se com­prend fort bien, en tant que Nation his­to­rique, vain­cue mili­tai­re­ment et occu­pée par un enne­mi impitoyable.
Il n’en fal­lut pas plus pour que toutes les bonnes consciences (incons­cientes) se déchirent les vête­ments en s’écriant, « qu’avons nous besoin de témoins ?», « Le crime de révi­sion­nisme est consom­mé », « nous vous l’avions dit », « chas­sez le natu­rel » etc…
Pour­tant, quand la pan­ta­lon­nade de Chi­rac avait été relayée dans les médias com­plai­sants, nom­breux étaient les anciens de la France libre qui s’étaient levés pour dénon­cer une nou­velle tra­hi­son. Font-ils par­tie de « la France moi­sie aux idées nau­séa­bondes » ? Pour reprendre le voca­bu­laire des maitres à pen­ser char­gés de nous dic­ter le bien et le mal.
Car enfin, comme le pré­cise la can­di­date aux pré­si­den­tielles, il faut choi­sir où était la France légi­time ? A Londres ou à Vichy ? Jean Mou­lin ou Pierre Laval ?
Cette nou­velle affaire, n’a en outre pas été déclen­chée par Marine Le Pen, mais bien par les jour­na­listes venus l’interroger sur ce vieux sujet de la der­nière guerre mon­diale. Quelle per­ti­nence avec la cam­pagne pré­si­den­tielle 2017 ? C’est donc qu’ils cher­chaient ou tout du moins espé­raient une réponse qui ferait la une de la presse, le buzz comme on dit en bon Fran­çais. Que cela hérisse le poil du CRIF ou de l’Etat d’Israël, qui ne sont pas iden­ti­fiés comme des orga­ni­sa­tions patrio­tiques fran­çaises, cela ne nous sur­prend pas. Mais, que la droite et la gauche, ou ce qu’il en reste, sui­vies par les médias tou­jours consen­suels à sens unique, emboîtent le pas sur le registre si facile de l’émotion appelle quelques remarques.
En pre­mier lieu, il fal­lait, à quinze jours des élec­tions, relan­cer la dia­bo­li­sa­tion du FN, ce qui laisse sup­po­ser en pas­sant que les son­dages de tas­se­ment des inten­tions de votes patrio­tiques ne reflètent pas la réa­li­té et que les gens bien infor­més le savent, d’où cette ten­ta­tive in extre­mis (il y en aura sans doute d’autres).

La suite