“Ne venez pas me faire la morale” : Macron très cash avec des étudiants burkinabè

“Ne venez pas me faire la morale” : Macron très cash avec des étudiants burkinabè

Emmanuel Macron à Ouagadougou le 28 novembre 2017.WITT/SIPA

Le lieu : l’amphithéâtre de l’université de Ouagadougou, bondé. La climatisation tourne à fond, elle qui ne marche habituellement jamais. Les personnages : 800 étudiants du Burkina Faso, impatients de débattre. Face à eux, le président français Emmanuel Macron vient de discourir deux heures, appelant les Africains à résoudre eux-mêmes leurs problèmes.

C’est le moment des questions-réponses. Les jeunes, souvent très politisés, reprochent pour beaucoup à la France un rôle néo-colonial. Les échanges s’enflamment dans un brouhaha croissant mais bon enfant. Au pupitre, Emmanuel Macron, sourire en coin, élève de plus en plus la voix, sans craindre d’en découdre, ravi de se jeter dans l’arène pour les convaincre. Ironie, autodérision, pédagogie, émotion, logique, moquerie, plaidoyer : le chef de l’Etat utilise toutes les facettes pour convaincre.

“Ne venez pas me parler comme ça des soldats français”

“Imaginez une jeune femme qui vit à Angoulême, en France”, dit-il à une étudiante qui critique la présence des soldats français au Burkina. “Elle n’a peut-être jamais entendu parler du Burkina. Son jeune frère est peut-être mort ces derniers mois pour vous sauver. Et vous la remerciez en disant ça ? Vous n’avez pas votre jeune frère qui est en train de se battre sur le sol belge ou français. Ne venez pas me parler comme ça des soldats français. Vous ne devez qu’une chose aux soldats français, les applaudir”, dit-il récoltant… des applaudissements.

La suite