You are currently viewing Saint-Péters­bourg frap­pée par le terrorisme

Saint-Péters­bourg frap­pée par le terrorisme

Devant la sta­tion Sen­naïa Plocht­chad, à Saint-Peters­bourg. Cré­dits pho­to : ANTON VAGANOV/REUTERS

Six ans après les atten­tats san­glants de l’aé­ro­port mos­co­vite de Domo­de­do­vo, la Rus­sie est à nou­veau frap­pée par la vio­lence ter­ro­riste. Une explo­sion dans le métro de Saint-Péters­bourg, ce lun­di, sur une ligne très fré­quen­tée, a fait au moins onze morts et 45 bles­sés, selon un bilan pro­vi­soire éta­bli par les ser­vices anti­ter­ro­ristes. Selon l’a­gence Inter­fax, qui cite des sources poli­cières, elle aurait pro­ba­ble­ment été pro­vo­quée par un kami­kaze, qui se serait fait explo­ser au moment où le wagon se trou­vait entre les deux sta­tions cen­trales de Sen­naïa Plocht­chad et Tekh­no­lo­guit­ches­ki Ins­ti­tout. Les ana­lyses ADN devront tou­te­fois le confirmer.

« Le train s’est arrê­té mais les portes ne se sont pas ouvertes. Par la fenêtre, j’ai vu quatre cadavres », a décla­ré à l’AFP Viat­che­slav Ves­se­lov, retrai­té. Un autre témoin, cité par radio Écho de Mos­cou, Evgue­ni Arse­niev, a décrit « un wagon tout noir et cinq à sept per­sonnes allon­gées au sol, pro­ba­ble­ment mortes ». Les télé­vi­sions russes se sont attar­dées sur l’i­mage d’une por­tière du métro for­te­ment endom­ma­gée par le souffle de l’explosion.

La suite