You are currently viewing La Cabane café victime du dictat sanitaire

La Cabane café victime du dictat sanitaire

Plutôt que de satisfaire au passe-vaccinal, auquel elle est farouchement opposée, une restauratrice résidant dans l’Eure a décidé de vendre son établissement.

Propriétaire de la brasserie “La Cabane Café” à Conches-en-Ouche (Eure), Sylvie Delafenêtre refuse catégoriquement de se soumettre au passe-vaccinal, en vigueur depuis le 24 janvier, qui impose notamment aux salariés du secteur de l’hôtellerie-restauration en contact avec le public de présenter un schéma vaccinal complet contre le Covid-19.

 La restauratrice a donc décidé de vendre son affaire. “Dans six mois, je n’aurai plus de passe, donc je vends”, explique au micro de France Bleu la quinquagénaire, qui a récemment contracté le Covid et bénéficie donc d’un certificat de rétablissement valable dans le cadre du passe vaccinal.

“On ne sait pas ce que ça va faire dans deux ans le vaccin”

Si elle refuse depuis le début de se faire vacciner contre le Covid, Sylvie Delafenêtre se défend pour autant d’être une “antivax”. « des clients ont essayé de me convaincre, mais pour l’instant, je ne veux pas du vaccin », explique-t-elle. « Il est toujours en phase test, j’attends 2023 pour voir la suite, on ne sait pas ce que ça va faire dans deux ans »

Ses positions sur la question du vaccin lui valent d’être en conflit ouvert avec les autorités locales. Fin décembre, une fermeture administrative lui avait ainsi été imposée par la sous-préfète de l’Eure. Alors qu’elle a pu rouvrir son établissement depuis le 6 janvier, la restauratrice affirme vouloir trouver un repreneur au plus vite.

Voilà son message sur les réseaux sociaux :

« La sentence est tombée !!!!!

Comme vous le savez, on ne rentre pas dans le jeu de tous ces faux-culs donneurs de mauvaises leçons.

La liberté d’exister et d’expression sont bien plus importantes que toutes sanctions de ce pseudo gouvernement non-essentiel.

Une fermeture administrative a été prononcée à notre égard jusqu’au 6 janvier 10h50 (quelle précision du préfet).

Bien évidemment, cela ne changera rien à notre façon de faire et à notre façon de penser.

N’oubliez pas, vous avez le droit de râler !!!!!!

Merci de partager un max !!!! »

On ne saurait ajouter à cette expression libre et courageuse d’une représentante du pays réel. 

AF