You are currently viewing L’inexorable pro­gres­sion des tali­bans vers Kaboul

L’inexorable pro­gres­sion des tali­bans vers Kaboul

Par Antoine de Lacoste

Près de la moi­tié de la popu­la­tion afghane est déjà pas­sée sous le contrôle des talibans.

Plu­sieurs postes fron­tières sont tom­bés entre leurs mains, cer­tains sans com­bat. C’est le cas à l’ouest le long des fron­tières ira­nienne et turk­mène et au nord vers l’Ouzbékistan et le Tad­ji­kis­tan. Inutile de par­ler de l’est où le Pakis­tan consti­tue la base arrière des isla­mistes depuis toujours.

La pro­gres­sion des tali­bans n’est tou­te­fois pas par­tout une pro­me­nade de san­té. Les com­bats font rage aux portes de plu­sieurs villes de pro­vince où l’armée résiste. De nom­breux sol­dats savent trop le sort qui les attend en cas de défaite pour se rendre sans com­battre. C’est ain­si que l’armée syrienne ne s’était pas effon­drée face à Daech ou al-Nos­ra déjouant tous les pro­nos­tics. Mais il y a une dif­fé­rence de taille : Ses alliés russes et ira­niens ne l’avaient pas lâchée.

Ce n’est pas le cas en Afgha­nis­tan d’où les Amé­ri­cains se sont presque tota­le­ment reti­rés et l’on sait que la déci­sion est prise par Joe Biden, confir­mant d’ailleurs celle de Donald Trump, de pas­ser par pertes et pro­fits (plu­tôt pertes d’ailleurs) le très coû­teux dos­sier afghan. Les Afghans qui ont fait confiance à l’Amérique sont donc aban­don­nés à leur triste sort.

En plus de cette vaste offen­sive isla­miste, qui se passe sur à peu près tout le ter­ri­toire, les vio­lences sont par­tout. Assas­si­nats ciblés et enlè­ve­ments se mul­ti­plient et visent prio­ri­tai­re­ment des cadres du régime et, bien sûr, la mino­ri­té chiite à qui le pire est pro­mis (les tali­bans étant d’obédience sunnite).

La géo­po­li­tique ayant hor­reur du vide, Erdo­gan n’a pas raté l’occasion de s’immiscer dans l’espace piteu­se­ment lais­sé libre par les Etats-Unis. L’armée turque a ain­si pris le contrôle de l’aéroport de Kaboul avec la béné­dic­tion des Amé­ri­cains. Ce savou­reux trans­fert de com­pé­tence a don­né lieu à une tran­sac­tion finan­cière dont on ne connaît pas la teneur mais, comme cha­cun sait, le néo-sul­tan est pas­sé maître dans l’art de ce type de négo­cia­tion : rap­pe­lons-nous com­ment il a sou­ti­ré des mil­liards à l’Europe en gar­dant (ou ne gar­dant pas selon la conjoncture)sur son ter­ri­toire quelques mil­lions de migrants venus du monde entier et qui lui servent ain­si de mon­naie d’échange.

Des rumeurs font état d’un pos­sible trans­fert en Afgha­nis­tan de mer­ce­naires isla­mistes, géné­ra­le­ment syriens, venus de Libye ou de Syrie, pré­ci­sé­ment de la poche d’Idleb occu­pée conjoin­te­ment par les Turcs et les isla­mistes d’al-Nosra. Ce ne sont que des rumeurs mais ce scé­na­rio est tout à fait vrai­sem­blable et serait ain­si la répé­ti­tion de l’implantation turque en Libye.

Les Russes, bien sûr, suivent tout cela de très près. Ils redoutent une conta­gion isla­miste dans les pays du Cau­case et ren­forcent leur pré­sence auprès de leurs alliés ouz­bèques et tad­jikes. Tout ceci don­ne­ra à nou­veau l’occasion de dis­cus­sions ser­rées entre Erdo­gan et Pou­tine. Ils ont l’habitude et seront au moins d’accord sur un point : une fois de plus les occi­den­taux nous laissent le champ libre après une guerre inutile ou ratée, voire les deux.

Les Chi­nois ne sont pas en reste et ont récem­ment accueilli des diri­geants tali­bans en Chine tout en conti­nuant à entre­te­nir de bonnes rela­tions avec le gou­ver­ne­ment afghan d’Ashraf Gha­ni. C’est la démons­tra­tion per­ma­nente du prag­ma­tisme chi­nois : peu importe qui est au pou­voir, la seule chose qui compte, c’est de commercer.

La vic­toire des tali­bans semble iné­luc­table et tout le monde l’anticipe. Certes, les bom­bar­de­ments amé­ri­cains des der­niers jours ont frei­né leur pro­gres­sion, mais on ne voit tout de même pas l’armée afghane inver­ser le rap­port de force. Les Afghans se pré­parent au pire : l’instauration d’une répu­blique isla­mique qui scel­le­ra un nou­veau fias­co américain.