You are currently viewing La chro­nique de Stéphane Blan­chon­net (LBC)

La chro­nique de Stéphane Blan­chon­net (LBC)

UNE CURE D’ALTITUDE MENTALE AVEC MARCEL PROUST 

Nul n’ignore à l’AF, le juge­ment élo­gieux por­té par Proust en 1920 sur L’Action Fran­çaise quo­ti­dienne, l’ancêtre de notre Bien com­mun : « Ne pou­vant plus lire qu’un jour­nal, je lis, au lieu de ceux d’au­tre­fois, L’Ac­tion fran­çaise […] dans quel autre jour­nal le por­tique est-il déco­ré à fresque par Saint-Simon lui-même, j’en­tends par Léon Dau­det ? Plus loin, ver­ti­cale, unique en son cris­tal infran­gible, me conduit infailli­ble­ment à tra­vers le désert de la poli­tique exté­rieure, la colonne lumi­neuse de Bain­ville. Que Maur­ras, qui semble déte­nir aujourd’­hui le record de la hau­teur, donne sur Lamar­tine une indi­ca­tion géniale, et c’est pour nous mieux qu’une pro­me­nade en avion, une cure d’al­ti­tude men­tale. » (Contre Sainte-Beuve, Pas­tiches et Mélanges, Essais et articles, Paris, Gal­li­mard, « Biblio­thèque de la Pléiade », 1971).

Je vou­drais aujourd’hui inver­ser les rôles et invi­ter nos lec­teurs à prendre chaque jour leur cure d’altitude men­tale à la lec­ture des dif­fé­rents tomes d’À la Recherche du temps per­du. Quel plus sublime moyen en effet pour un Fran­çais du XXIème de retrou­ver la France d’avant le « Grand rem­pla­ce­ment », la France d’avant la « Grande décul­tu­ra­tion » et, par-des­sus tout, la langue fran­çaise dans la per­fec­tion de sa forme, avant la débâcle ortho­gra­phique et la bar­ba­rie inclu­sive ? L’œuvre de Proust nous appa­raît de plus en plus comme une arche immense sur laquelle tous les tré­sors de la fran­ci­té ont été dépo­sés en pré­vi­sion d’un déluge immi­nent. Tous les usages, popu­laires ou mon­dains, toutes les hié­rar­chies, sociales ou cultu­relles, tous les raf­fi­ne­ments, de la langue, du cœur ou de l’art, qui firent le fond de la civi­li­sa­tion fran­çaise pen­dant des siècles, ont trou­vé asile dans les mil­liers de pages de cette cathé­drale de mots.

La réfé­rence aux concepts de Renaud Camus, à la « Grande décul­tu­ra­tion » en par­ti­cu­lier, dans le para­graphe pré­cé­dent n’a bien sûr rien d’accidentel. Proust, par la méti­cu­lo­si­té de son verbe, par la finesse de ses juge­ments moraux et esthé­tiques, par l’enracinement de son œuvre dans la France éter­nelle, incarne pré­ci­sé­ment ce qui se perd aujourd’hui sous l’effet conju­gué de l’effondrement du niveau sco­laire et de l’effacement de tous les repères his­to­riques et de toutes les trans­mis­sions. Parce que l’œuvre de Proust est comme le sym­bole, — le résu­mé —, de ce que signi­fiait, dans l’ancien régime du sens, la « culture », elle consti­tue le meilleur anti­dote à la can­cel culture.