You are currently viewing En DVD : Com­ment devient-on Napoléon ?

En DVD : Com­ment devient-on Napoléon ?

Par Guil­hem de Tarlé

DVD « com­ment devient-on Napo­léon ? » de Jean-Louis Rémilleux, pré­sen­té par Sté­phane Bern, avec plu­sieurs dizaines d’intervenants, dont notam­ment les his­to­riens et écri­vains Jean Tulard, Michel de Decker, Pierre-Jean Cha­lan­çon (col­lec­tion­neur – expert), Charles-Éloi Vial (conser­va­teur à la BnF), Thier­ry Lentz et Pierre Bran­da (Fon­da­tion Napo­léon), Alain Pigeard, (Vice-Pré­sident du Sou­ve­nir Napo­léo­nien), David Chan­te­ranne (Rédac­teur en chef de la Revue du Sou­ve­nir Napo­léo­nien, et nou­veau direc­teur du Musée Ber­trand de Châteauroux).

Le 18 juin, c’est d’abord la vic­toire de Patay (Loi­ret) que Jeanne d’Arc rem­por­ta en 1429 contre les Anglais, où elle fit pri­son­nier le géné­ral Tal­bot.
Le 18 juin, c’est aus­si un coup d’état… sous le Direc­toire, celui du 30 prai­rial an VII (1799) quand 3 des 5 Direc­teurs furent contraints de démis­sion­ner sous la pres­sion des dépu­tés jaco­bins menés par Lucien Bona­parte, frère de Napoléon.

Le 18 juin, c’est enfin Water­loo (1815), la véri­table « béré­zi­na », pour­rait-on dire, de Napo­léon, et cet anni­ver­saire m’incite à conti­nuer de célé­brer le bicen­te­naire de sa mort.

« Water­loo, Water­loo, Water­loo morne plaine »

Eh bien non ce n’est pas « une morne plaine, ni morne ni plaine » apprend-on dans ce nou­veau docu­ment de Sté­phane Bern, dont je déplore une fois de plus que ces deux heures d’épopée napo­léo­nienne ne soient pas divi­sées en cha­pitres pour en faire un véri­table ensei­gne­ment d’Histoire illustrée.

Curieuse émis­sion d’ailleurs que ces « Secrets d’Histoire » qui d’habitude mettent en avant le patri­moine immo­bi­lier et mobi­lier dans et autour duquel les inter­ve­nants font revivre ceux qui en ont été les archi­tectes, les arti­sans et les acteurs. Tout autre est ce Com­ment devient-on Napo­léon ? qui nous raconte d’abord l’homme, de sa nais­sance à sa mort, au milieu de scènes de batailles ou d’amour, recons­ti­tuées. Une leçon d’Histoire, dis-je, avec tous les épi­sodes clefs que nous avons appris au lycée et que je n’aurais pas la cuis­tre­rie de réca­pi­tu­ler ici. 

Com­ment devient-on Napo­léon ? « Par sa volon­té, nous dit Sté­phane Bern, l’homme peut chan­ger le cours de l’Histoire » … C’est ce que disait à ses juges un autre sol­dat, le colo­nel Bas­tien-Thi­ry, le 2 février 1963 : « Ce qui fait l’Histoire, selon notre concep­tion occi­den­tale et chré­tienne, qui est véri­fiée par tous les faits his­to­riques, c’est la volon­té des hommes, c’est l’intelligence des hommes, ce sont leurs pas­sions bonnes ou mauvaises ».

PS : vous pou­vez retrou­ver ce « com­men­taire » et 500 autres sur mon blog Je ciné mate

Guil­hem de Tarlé