Prince Jean d’Orléans : « L’épopée napo­léo­nienne a contri­bué à for­ger notre conscience nationale »

Prince Jean d’Orléans : « L’épopée napo­léo­nienne a contri­bué à for­ger notre conscience nationale »

Le prince Jean d’Orléans jette un regard éton­nant sur Napo­léon Ier et son œuvre. Loin des polé­miques, l’héritier des rois de France se confie sur l’histoire et le des­tin com­mun de deux mai­sons réunies sous le sceau du roman natio­nal. À la veille du bicen­te­naire de la mort de l’empereur, le comte de Paris, des­cen­dant direct du roi Louis-Phi­lippe, nous accorde une inter­view exclusive.


Fre­de­ric de Natal. La France va célé­brer le 5 mai pro­chain le bicen­te­naire de la mort de Napo­léon Ier. Il est le troi­sième per­son­nage pré­fé­ré des fran­çais après Louis XIV et le Géné­ral de Gaulle. Admi­ré ou détes­té, quel regard por­tez-vous sur l’ensemble de l’héritage lais­sé actuel­le­ment par celui qui fut empe­reur de la Répu­blique Française ?

SAR Jean d’Orléans. Il faut accep­ter le fait que nous sommes les héri­tiers d’une his­toire com­plexe, héri­tiers de la Gaule romaine, de nos 40 rois de France, mais aus­si de la Révo­lu­tion fran­çaise ou des cinq répu­bliques. L’épopée napo­léo­nienne fait par­tie de notre his­toire et a contri­bué à for­ger notre conscience natio­nale, quelles que soient ses zones d’ombres.Je pense qu’il faut avoir un regard d’historien sur son œuvre et sur sa poli­tique, avant de com­men­ter la façon dont on peut aujourd’hui l’assumer ou l’assimiler. 

La suite