Un séna­teur socia­liste irri­té par la pré­sence du Comte de Paris à Orléans

Un séna­teur socia­liste irri­té par la pré­sence du Comte de Paris à Orléans

Il a mena­cé d’appeler la police si on ten­tait de le délo­ger de son siège au sein de la Cathé­drale d’Orléans. En marge de la messe annuelle orga­ni­sée en hom­mage à Sainte Jeanne d’Arc, le séna­teur du Loi­ret, Jean-Pierre Sueur, a ten­té de pro­vo­quer un esclandre, mani­fes­te­ment irri­té par l’empressement des auto­ri­tés locales à cour­ti­ser le prince Jean d’Orléans pré­sent sur place.

Invi­té avec son épouse à par­ti­ci­per aux fes­ti­vi­tés johan­niques ce 8 mai (voir notre article), le chef de la Mai­son royale de France a été reçu par la maire de la ville, Serge Grouard. Mais lorsque celui-ci a dési­gné les sièges du pre­mier rang afin que le comte et la com­tesse de Paris s’installent comme il est de cou­tume, l’élu socia­liste s’est indi­gné qu’un tel hon­neur puisse être accor­dé au des­cen­dant du der­nier roi des Fran­çais. Une dis­cus­sion ten­due a élu lieu entre les élus qui ont ten­té de rai­son­ner le socia­liste. « Les par­le­men­taires devaient être ins­tal­lés au troi­sième rang et le comte de Paris, un ancêtre de la monar­chie au pre­mier. Je n’étais pas d’accord. Le prin­cipe répu­bli­cain devait pré­va­loir. Je me suis donc mis au pre­mier rang et j’ai dit que si quelqu’un n’était pas content, ce serait à la police de me délo­ger. » a décla­ré Jean-Pierre Sueur au jour­na­liste du quo­ti­dien de « La Répu­blique du Centre » qui rap­porte cette anec­dote dans son édition.

La suite