You are currently viewing Mais jusqu’à quand lais­se­ra-t-on la LDNA cra­cher sur nos soldats

Mais jusqu’à quand lais­se­ra-t-on la LDNA cra­cher sur nos soldats

Sou­ve­nez-vous, c’était en juillet 2019. Dans l’actualité, il était ques­tion de l’interdiction de la fes­sée et de la venue de la jeune Gre­ta Thun­berg à l’Assemblée natio­nale. Emma­nuelle Ménard avait fait un peu d’humour sur Twit­ter en vou­lant relier les deux faits – « Gre­ta Thun­berg. Dom­mage que la fes­sée soit inter­dite, elle en méri­te­rait une bonne » -, mal lui en avait pris, un admi­nis­tra­teur de Twit­ter l’avait très vite contac­tée : soit elle reti­rait son tweet immé­dia­te­ment et pré­sen­tait des excuses, soit elle fai­sait appel et son compte était sus­pen­du. Elle avait choi­si de faire appel. Elle a retrou­vé l’usage de son compte Twit­ter il y a seule­ment quelques semaines. 

On sait la promp­ti­tude, n’est-ce pas, des GAFA pour tra­quer les pro­pos vio­lents, offen­sants, cho­quants, et sur­tout les « fake news »… sauf que le tweet de la Ligue de défense noire afri­caine insul­tant nos deux braves sol­dats tom­bés same­di au Mali , qui a été publié dimanche matin à 0 h 46, est tou­jours là : « Selon Afrique Média : les deux ter­ro­ristes (sic) fran étaient bour­rés du aux fêtes (resic) et se sont tirés eux-mêmes des­sus. Ça craint ! Il faut vite que Emma­nuel Macron  rapa­trie les troupes du Mali. Les Afri­cains règle­ront seuls leurs pro­blèmes. » Quelques heures plus tard, la LDNA, répon­dant à ses détrac­teurs, pré­cise sa pen­sée : « La LDNA ne pas regrette (resic) la mort de ces mili­taires qui n’auraient pas dû pro­té­ger au Mali les inté­rêts éco­no­miques de la bour­geoi­sie cri­mi­nelle fran­çaise menée par Bol­lo­ré. Il est temps de rame­ner les sol­dats en France. Les afri­cains, les Maliens se débrouille­ront seuls. » 

La suite