Décès de deux nou­veaux mili­taires fran­çais au Mali

Décès de deux nou­veaux mili­taires fran­çais au Mali

Ce same­di matin au cours d’une mis­sion de l’o­pé­ra­tion Bar­khane aux envi­rons de Ména­ka au Mali, deux nou­veaux sol­dats fran­çais sont morts. Leur véhi­cule blin­dé léger (VBL) a explo­sé au contact d’un engin explo­sif impro­vi­sé. Cela porte à 49 le nombre de mili­taires tués au Sahel depuis 2013 dans les opé­ra­tions Ser­val puis Barkhane.

En dépit des soins pro­di­gués immé­dia­te­ment par le secou­riste du déta­che­ment, le ser­gent Yvonne Huynh et le bri­ga­dier Loïc Ris­ser ont suc­com­bé des suites de l’ex­plo­sion, indique l’ar­mée de terre. Des moyens d’ob­ser­va­tion et de pro­tec­tion aérienne ain­si qu’une force rapide de réac­tion au sol ont aus­si­tôt été déployés afin de garan­tir la pro­tec­tion des mili­taires tou­chés. L’at­taque avait été rap­por­tée, il y a quelques heures par des médias locaux mais pas confir­mée par l’armée.

Une troi­sième sol­dat blessé

Un troi­sième mili­taire a été bles­sé annonce le minis­tère des Armées et l’E­ly­sée. L’é­tat de ce sol­dat est stable et son pro­nos­tic médi­cal n’est pas enga­gé selon l’E­tat-Major des Armées.

Par ailleurs le pré­sident Emma­nuel Macron a trans­mis ses condo­léances aux familles des mili­taires tués après avoir « appris avec une grande tris­tesse » la mort « en fin de mati­née de deux sol­dats du 2e régi­ment de hus­sards de Hague­nau », selon un com­mu­ni­qué du palais pré­si­den­tiel de l’Elysée.

Semaine sombre pour l’ar­mée française

Flo­rence Par­ly, ministre des Armées, a sou­li­gné dans un com­mu­ni­qué « sa pro­fonde tris­tesse à l’an­nonce de la mort au Mali du ser­gent Yvonne Huynh et du bri­ga­dier Loïc Risser ».

Les deux mili­taires fai­saient par­tie d’un régi­ment dont les mis­sions de ren­sei­gne­ment sont indis­pen­sables à la conduite des opé­ra­tions, pré­cise le ministère.

C’est une semaine sombre pour l’ar­mée fran­çaise. En effet, lun­di der­nier, trois sol­dats avaient déjà été tués dans la zone des « trois fron­tières » (Mali, Niger, Bur­ki­na Faso). Le bri­ga­dier-chef Tane­rii Mau­ri et les chas­seurs de 1ère classe Quen­tin Pau­chet et Dorian Issa­kha­nian, qui appar­te­naient au 1er régi­ment de chas­seurs de Thier­ville-sur-Meuse (Meuse), près de Ver­dun, effec­tuaient une mis­sion d’es­corte entre Hom­bo­ri et Gos­si, dans une zone fron­ta­lière du Niger et du Bur­ki­na Faso.

La suite