You are currently viewing Vac­cins : faire taire le complotisme

Vac­cins : faire taire le complotisme

Le scep­ti­cisme par rap­port aux vac­cins n’est, dans son prin­cipe, qu’une variante du scep­ti­cisme par rap­port aux médi­ca­ments. Ce der­nier est très répan­du, y com­pris dans les milieux scien­ti­fiques et médi­caux et, s’il est vain de nier que le déve­lop­pe­ment des médi­ca­ments – et des vac­cins – a sau­vé de nom­breuses vies, il est dû à la véri­té de consta­ter que beau­coup de médi­ca­ments sont inutiles, soignent au prix « d’effets secon­daires » pires que le mal, voire sont dan­ge­reux et, pour cer­tains, létaux.

À la véri­té est dû encore le constat que tout ce qui touche à l’expression d’opinions sur la san­té publique en France est enta­ché d’arrière-pensées chez la plu­part des inter­ve­nants : cor­po­ra­tisme des « soi­gnants », gigan­tisme des bud­gets sociaux, mono­pole de la « Sécu­ri­té sociale », inté­rêts colos­saux de l’industrie phar­ma­ceu­tique (plus pro­fi­table que le pétrole, le luxe et les arme­ments…), enca­dre­ment de la « recherche », esprit tota­li­taire de la « com­mu­nau­té scien­ti­fique », sen­sa­tion­na­lisme de la majo­ri­té des médias, consti­tuent un sub­strat de la trans­mis­sion de l’information dans ce domaine qui doit natu­rel­le­ment conduire tout esprit libre ayant gar­dé sa capa­ci­té de cri­tique à ne rece­voir les flux trans­mis par les médias qu’avec la plus grande circonspection.

La suite