You are currently viewing Plus que jamais, la monarchie !

Plus que jamais, la monarchie !

Par Fran­çois Bel-Ker, secré­taire géné­ral de l’Action Française

La solu­tion appa­raît clai­re­ment : abattre la Répu­blique et res­tau­rer l’unité natio­nale der­rière le Roi, garant des liber­tés. De cette crise, il nous faut tirer la cer­ti­tude d’agir et de récla­mer plus que jamais la des­truc­tion de la République.

Flin­guer la Répu­blique n’est pas l’exécution d’une pas­sion nihi­liste, c’est un ser­vice à rendre aux Fran­çais. Mettre à bas nos ins­ti­tu­tions n’est pas encou­ra­ger le chaos mais rame­ner l’ordre.

La figure d’Antigone nous apprend que le pou­voir inique est tou­jours vec­teur de désordre et que les lois supé­rieures de la cité impliquent de le refu­ser. Les matra­quages des mani­fes­tants, de la Manif pour tous à la réforme des retraites, les Gilets jaune ébor­gnés, les morts inutiles de la mau­vaise ges­tion du Coro­na­vi­rus sont autant de rai­son d’agir contre la République.

Nous en appe­lons à une monar­chie fédé­ra­tive, popu­laire, de salut public.

For­mons nos lignes. La monar­chie n’arrivera ni sans une élite for­mée, ni avec des roya­listes de salon. Il convient de faire dis­pa­raître la Répu­blique aujourd’hui et de faire de la monar­chie un véri­table fac­teur de paix et de conquête sociale. Un régime n’a de valeur qu’au regard de son res­pect de la nature sociale de l’homme et de son effi­ca­ci­té dans la sphère publique et dans la défense des liber­tés particulières.

C’est la durée et la conti­nui­té de la poli­tique royale qui a per­mis la consti­tu­tion de notre nation.

Lais­sons le der­nier mot à Maur­ras : « L’avenir se fait par des mino­ri­tés pleines des éner­gies du cœur et de la rai­son. Les objec­tions, les répu­gnances même, perdent toute signi­fi­ca­tion dès que l’on a repris contact avec ce “nom oublié du Roi”. D’abord sur­pris de se réveiller roya­liste, on s’étonne bien­tôt de ne pas l’avoir été de tout temps. »