Un jour, deux vic­toires

Un jour, deux vic­toires

Le 8 mai est une jour­née de fête pour les Fran­çais, nous célé­brons la vic­toire totale sur l’Allemagne qui nous avait enva­hi, mais aus­si l’anniversaire de la prise d’Orléans par Jeanne d’Arc.500 ans de dis­tance : une seule France.


Nous vivons une période  constante de mau­vaises nou­velles et de dis­pa­ri­tion pro­gres­sive de toutes les ver­tus qui fon­dèrent notre nation, mais la grande His­toire nous rap­pelle que dans les périodes d’é­preuve et de déses­poir, il est pos­sible de se rele­ver, car la France ne peut som­brer dura­ble­ment. Jeanne d’Arc et la vic­toire de la grande guerre sont là pour nous rap­pe­ler que la France n’est jamais aus­si forte et éton­nante , quand elle parait gra­ve­ment affai­blie. Tout va mal ? Alors c’est qu’il va se pas­ser quelque chose d’ex­tra­or­di­naire , si on sait comme par le pas­sé pui­ser dans nos forces les plus  pro­fondes, celles qui don­nèrent à nos ancêtres la capa­ci­té de ren­ver­ser les situa­tions les plus déses­pé­rées. Il nous appar­tient à nous , fran­çais , d’as­su­mer notre pas­sé, pour construire l’a­ve­nir , écrire l’His­toire qui vient.

AF