Mer­ci au peuple

Mer­ci au peuple

Par Yvon de France

La pan­dé­mie mon­diale a don­né lieu dans un cer­tain nombre de pays et par­ti­cu­liè­re­ment en Europe à une sur-réac­tion et à une pres­sion auto­ri­taire des ins­tances gou­ver­ne­men­tales sur les peuples, propre à déve­lop­per des paniques incon­trô­lables, alors que plus le temps passe et plus les obser­va­teurs avi­sés découvrent que cette pan­dé­mie, n’est pas pire que les pré­cé­dentes. Seule l’alerte inter­na­tio­nale et l’appel tra­gique au confi­ne­ment ont pu don­ner un tour excep­tion­nel­le­ment dra­ma­tique à cette nou­velle et mécon­nue pan­dé­mie, mais fina­le­ment pas plus grave que les pré­cé­dentes.

Mais le peuple des « petites gens », s’est plu­tôt bien tenu, mal­gré les mesures imbé­ciles de répres­sion, appli­quées avec zèle par les repré­sen­tants de l’ordre dési­reux de voir appli­quer sévè­re­ment la loi.

Oli­vier Per­ce­val

La France comme d’autres pays euro­péens subit l’épidémie du COVID19 et le confi­ne­ment qui a été déci­dé pour y pal­lier. Cette option dis­cu­table en soi, ne pou­vait fonc­tion­ner que si le peuple dans sa glo­ba­li­té res­pec­tait stric­te­ment son fonc­tion­ne­ment. A titre per­son­nel, je ne suis sor­ti que pour effec­tuer les courses néces­saires à ma sur­vie. Et lors de toutes ces occa­sions, j’ai pu consta­ter la pro­fonde dis­ci­pline res­pec­tée car néces­saire et le grand civisme de mes conci­toyens. La dis­tance de un mètre est res­pec­tée, les gens se sou­rient dans les queues, ils attendent digne­ment dans des longues files exté­rieures, fai­sant spon­ta­né­ment pas­ser les femmes enceintes devant (cela peut sem­bler aller de soi pour vous, mais quand les temps sont durs, sou­vent les per­sonnes le sont aus­si). Ils dis­cutent aima­ble­ment tout en res­pec­tant les dis­tances de sécu­ri­té.

Par ailleurs, les métiers mis en avant dans cette crise (per­son­nel hos­pi­ta­lier, poli­ciers, cais­sières etc…) bien repré­sen­tés à l’intérieur du mou­ve­ment des gilets jaunes, sont ceux qui ont vu leur condi­tion de tra­vail se dété­rio­rer lors des décen­nies pré­cé­dentes, et ont été la plu­part du temps mépri­sés par nos diri­geants.

Qui plus est, le peuple n’a pas cédé à la panique (ce qui explique d’ailleurs le res­pect de cette dis­ci­pline de com­bat) et su gérer sa vie quo­ti­dienne.

Je n’ai pas étu­dié les autres pays il est néan­moins fort pro­bable que cela soit équi­valent. Bref le peuple par son com­por­te­ment va sau­ver les gratte-papiers, les jour­na­listes, les artistes, les poli­tiques, les people. Une fois de plus, me direz-vous.

Espé­rons que si grâce au peuple nous nous sor­tons de cette épreuve, les média le remer­cie­ront. Mais hélas je crains qu’il soit oublié.