A la télé : Apocalypse

A la télé : Apocalypse

Par Guilhem de Tarlé

Apocalypse  : La guerre des mondes 1945-1991, un film français de Daniel Costelle, avec Mathieu Kassovitz comme narrateur.

C’est un lecteur de mes «  chroniques  » qui m’a «  mailé  » de regarder ce documentaire, surtout un ami – «  parce que c’est lui, parce que c’est moi  » -, avec lequel j’ai affronté les élus de Haute Normandie, 
et je l’en remercie vivement… 
Apocalypse  : La guerre des mondes 1945-1991  : un document à télécharger (merci mes enfants  !) et/ou un DVD à acheter absolument pour le voir et le revoir afin de bien comprendre et transmettre aux jeunes générations l’histoire de la guerre dite «  froide  », particulièrement violente et sanglante.  «  Un peuple qui oublie son histoire est condamné à la revivre  » nous dit Churchill en introduction.

En six épisodes le réalisateur fait la synthèse de tous ces événements qui ont bouleversé le monde entre la «  fin  » de la deuxième guerre mondiale – mais celle-ci a-t-elle réellement fini en 1945  ? – et la chute de l’URSS  :

1.    La Grande rupture (1945-1946)

2.    L’Escalade de la peur (1947-1949)

3.    Le Monde tremble (1950-1952)

4.    La Conquête (1953-1955)

5.    Le Mur (1956-1962)

6.    L’Abîme (1963-1991)

J’ai vu hier avec un grand intérêt sur France 4 les deux premières «  saisons  » de cette série qui semble avoir déjà été diffusée en novembre dernier sur France 2. Rendons grâce à la télévision publique de procéder, pour une fois, à un excellent travail de réinformation, et même de formation tout court.
Je ne m’étais, je l’avoue, jamais dit que la bombe atomique sur le Japon (Hiroshima et Nagasaki, 6 et 9 août 1945) était «  en même temps  »- peut-être même d’abord (  ?)  – un avertissement adressé par les Etats-Unis à l’Union soviétique  : voilà ce que nous pouvons faire  !… C’était, avant la lettre, le «  yes we can  » du président démocrate Harry Truman, qui venait de succéder à Roosevelt mort 4 mois plus tôt. 
les Etats-Unis avaient écrasé l’Allemagne sous les bombes et atomisé le Japon, ils pouvaient mettre à profit leur avance nucléaire pour agir de la même façon vis-à-vis de la Russie en cas de volonté belliqueuse de sa part.
Pour nombre de pays – le film est éloquent – d’autres guerres ont succédé à celle qui venait de se terminer avec la capitulation du Japon, et les «  Libération  » n’ont fait que remplacer le totalitarisme nazi par le totalitarisme communiste, les camps de concentration par le Goulag, le «  führer  » Hitler par le «  Petit Père des Peuples  » Staline, avec Hô Chi Minh, et Giap, en Indochine, et le «  Grand timonier  » Mao Tsé Toung pour l’Empire du milieu. Rappelons d’ailleurs que cette mise au pas (de l’oie marxiste) de tous ces peuples a été réalisée sous les applaudissements de ces nouveaux «  collaborateurs  » qu’étaient les membres des partis communistes, leurs courroies de transmission, leurs «  idiots utiles  » et les intellectuels à la «  Une des médias  » comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir  !

Bref, un grand bol d’air anticommuniste en ces temps d’air confiné, en attendant les épisodes suivants.