A la télé : Apocalypse

A la télé : Apocalypse

Par Guil­hem de Tarlé 

Apo­ca­lypse : La guerre des mondes 1945 – 1991, un film fran­çais de Daniel Cos­telle, avec Mathieu Kas­so­vitz comme narrateur.

C’est un lec­teur de mes « chro­niques » qui m’a « mai­lé » de regar­der ce docu­men­taire, sur­tout un ami – « parce que c’est lui, parce que c’est moi » -, avec lequel j’ai affronté les élus de Haute Nor­man­die, 
et je l’en remer­cie vive­ment… 
Apo­ca­lypse : La guerre des mondes 1945 – 1991 : un docu­ment à télé­char­ger (mer­ci mes enfants !) et/ou un DVD à ache­ter abso­lu­ment pour le voir et le revoir afin de bien com­prendre et trans­mettre aux jeunes géné­ra­tions l’histoire de la guerre dite « froide », par­ti­cu­liè­re­ment vio­lente et san­glante.  « Un peuple qui oublie son his­toire est condam­né à la revivre » nous dit Chur­chill en introduction.

En six épi­sodes le réa­li­sa­teur fait la syn­thèse de tous ces évé­ne­ments qui ont bou­le­ver­sé le monde entre la « fin » de la deuxième guerre mon­diale – mais celle-ci a‑t-elle réel­le­ment fini en 1945 ? – et la chute de l’URSS :

1.    La Grande rup­ture (1945 – 1946)

2.    L’Escalade de la peur (1947 – 1949)

3.    Le Monde tremble (1950 – 1952)

4.    La Conquête (1953 – 1955)

5.    Le Mur (1956 – 1962)

6.    L’Abîme (1963 – 1991)

J’ai vu hier avec un grand inté­rêt sur France 4 les deux pre­mières « sai­sons » de cette série qui semble avoir déjà été dif­fu­sée en novembre der­nier sur France 2. Ren­dons grâce à la télé­vi­sion publique de pro­cé­der, pour une fois, à un excellent tra­vail de réin­for­ma­tion, et même de for­ma­tion tout court.
Je ne m’étais, je l’avoue, jamais dit que la bombe ato­mique sur le Japon (Hiro­shi­ma et Naga­sa­ki, 6 et 9 août 1945) était « en même temps »- peut-être même d’abord ( ?)  – un aver­tis­se­ment adres­sé par les Etats-Unis à l’Union sovié­tique : voi­là ce que nous pou­vons faire !… C’était, avant la lettre, le « yes we can » du pré­sident démo­crate Har­ry Tru­man, qui venait de suc­cé­der à Roo­se­velt mort 4 mois plus tôt. 
les Etats-Unis avaient écra­sé l’Allemagne sous les bombes et ato­mi­sé le Japon, ils pou­vaient mettre à pro­fit leur avance nucléaire pour agir de la même façon vis-à-vis de la Rus­sie en cas de volon­té bel­li­queuse de sa part.
Pour nombre de pays – le film est élo­quent – d’autres guerres ont suc­cé­dé à celle qui venait de se ter­mi­ner avec la capi­tu­la­tion du Japon, et les « Libé­ra­tion » n’ont fait que rem­pla­cer le tota­li­ta­risme nazi par le tota­li­ta­risme com­mu­niste, les camps de concen­tra­tion par le Gou­lag, le « füh­rer » Hit­ler par le « Petit Père des Peuples » Sta­line, avec Hô Chi Minh, et Giap, en Indo­chine, et le « Grand timo­nier » Mao Tsé Toung pour l’Empire du milieu. Rap­pe­lons d’ailleurs que cette mise au pas (de l’oie mar­xiste) de tous ces peuples a été réa­li­sée sous les applau­dis­se­ments de ces nou­veaux « col­la­bo­ra­teurs » qu’étaient les membres des par­tis com­mu­nistes, leurs cour­roies de trans­mis­sion, leurs « idiots utiles » et les intel­lec­tuels à la « Une des médias » comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir !

Bref, un grand bol d’air anti­com­mu­niste en ces temps d’air confi­né, en atten­dant les épi­sodes suivants.