À l’affiche : Ad Astra

À l’affiche : Ad Astra

Par Guil­hem de Tarlé 

Ad Astra : un film amé­ri­cain de James Gray, avec Brad Pitt (l’astronaute Roy Mc Bride).

Nous avions bien aimé The Lost city of Z (2017) du même réa­li­sa­teur, ins­pi­ré de l’histoire vraie du Colo­nel Per­cy Faw­cett à la recherche d’une cité per­due, dont j’avais lu qu’il avait ins­pi­ré à Her­gé le per­son­nage de Rid­ge­well de L’Oreille cas­sée.

Là encore, il s’agit d’exploration, cette fois-ci dans l’espace, et la fuite du père de l’astronaute fait pen­ser au Capi­taine Had­dock qui s’échappe de la fusée…

Dans ce scé­na­rio d’anticipation, la conquête spa­tiale a fait « un pas de géant pour l’humanité » puisque des sta­tions sur la lune et sur Mars servent de relais pour aller vers Saturne…

Cela aurait pu être inté­res­sant, amu­sant… c’est long, c’est lent, c’est com­pli­qué et sans inté­rêt quand le synop­sis évoque « des révé­la­tions met­tant en cause la nature même  de l’existence humaine, et notre place dans l’univers » (?).

Ad Astra, ou Vers les étoiles… Mon épouse était atti­rée par l’étoile Brad Pitt… Elle a, autant que moi, été déçue.