En Chine, les Amé­ri­cains s’emparent de car­gai­sons de masques ache­tés pour la France et le Canada

En Chine, les Amé­ri­cains s’emparent de car­gai­sons de masques ache­tés pour la France et le Canada

Par Patrice de Plun­kett

L’affaire des masques chi­nois ache­tés par les Fran­çais mais rache­tés par les Amé­ri­cains sur le tar­mac (à coups de valises de dol­lars, façon Jess Hahn dans Les bar­bouzes) est cari­ca­tu­rale mais emblématique : 

Voi­là la réa­li­té du cha­cun-pour-soi qui nous était pré­sen­té comme la for­mule magique du “poli­ti­que­ment incor­rect” libé­ra­teur… “Natio­na­listes de tous les pays unis­sez-vous” est un oxy­more sim­plet, auquel font sem­blant de croire nos napos (natio­naux-popu­listes) gau­lois – fas­ci­nés qu’ils sont par M. Trump [*] et niant ain­si la néces­si­té d’un bien com­mun géné­ral, ce qui n’aboutit qu’à aggra­ver les choses.

Pour ceux qui n’auraient pas en tête l’affaire des masques, en voi­ci le résu­mé : selon trois pré­si­dents de grandes régions fran­çaises, des char­ge­ments de masques ache­tés par eux ont été raflés sur des aéro­ports chi­nois, peu avant l’embarquement, par des émis­saires état­su­niens bour­rés de dol­lars. “Sur le tar­mac, les Amé­ri­cains sortent le cash et payent trois ou quatre fois plus cher les com­mandes que nous avons faites”, explique le pré­sident du Grand-Est Jean Rottner.

La suite