Aux ori­gines de la ques­tion sociale en France. Par­tie 2 : l’i­déo­lo­gie libé­rale des Lumières.

Aux ori­gines de la ques­tion sociale en France. Par­tie 2 : l’i­déo­lo­gie libé­rale des Lumières.

Par Jean-Phi­lippe Chau­vin

Après un rapide tableau de la situa­tion éco­no­mique de la France royale avant la fin du XVIIIe siècle et l’évocation des cor­po­ra­tions et de l’ordre socio-pro­fes­sion­nel de cette époque, il n’est pas inutile d’évoquer suc­cinc­te­ment l’état d’esprit domi­nant sous les Lumières, véri­table révo­lu­tion dans la pen­sée du ser­vice et du temps (entre autres), à rebours de la concep­tion royale de la jus­tice : le règne de l’Argent et de la classe qui en vit et qui en fera sys­tème s’annonce…

L’organisation cor­po­ra­tive de la socié­té et de la pro­duc­tion fran­çaises a long­temps conve­na­ble­ment fonc­tion­né et la puis­sance avé­rée et signi­fi­ca­tive de l’économie natio­nale sous la royau­té fon­da­trice et fédé­ra­tive est indé­niable. Mais cela signi­fie-t-il, pour autant, que la Monar­chie d’Ancien Régime ne connais­sait pas de pro­blèmes sociaux ou qu’elle était un sys­tème par­fait et intan­gible, insen­sible aux temps et à leurs contraintes, leurs évo­lu­tions ? Bien sûr que non !

Nous connais­sons tous les révoltes pay­sannes mais aus­si urbaines qui émaillent les temps les plus dif­fi­ciles du Moyen âge, en par­ti­cu­lier après le XIIIe siècle. Elles tra­versent aus­si l’époque dite moderne, et peuvent nous lais­ser une image plus que contras­tée des temps anciens. Nous savons éga­le­ment que ce qui nous semble simple et natu­rel aujourd’hui (comme la dis­po­ni­bi­li­té – payante, géné­ra­le­ment – des pro­duits de consom­ma­tion ali­men­taire ou tech­nique), ne l’était pas for­cé­ment hier : mais ne confon­dons pas les pro­grès tech­niques, sou­vent utiles et même sal­va­teurs quand ils sont maî­tri­sés (1), avec les ques­tions sociales, sans pour autant négli­ger les rap­ports et les ten­sions que les uns et les autres, dans toute socié­té humaine, peuvent entretenir.

La suite