You are currently viewing Sau­ve­gar­der le territoire

Sau­ve­gar­der le territoire

© Yves Ber­nar­di / Pixabay 

Par Gérard Leclerc

Les élec­tions muni­ci­pales, qui se déroulent dimanche, pâtissent du cli­mat très par­ti­cu­lier pro­vo­qué par l’épidémie que l’on sait. L’abstention sera-t-elle aus­si mas­sive que cer­tains le craignent ? Ce serait un mau­vais signal pour l’esprit civique. L’échelon com­mu­nale est celui qui devrait concen­trer le maxi­mum d’attention, en rai­son de la proxi­mi­té des inté­rêts en cause. C’est d’ailleurs le cas, car il semble que, par­mi les poli­tiques, ce sont les maires qui dis­posent du meilleur degré d’estime de la part de la popu­la­tion. J’ignore s’il s’agit d’une ten­dance géné­rale, mais dans ma com­mune de ban­lieue pari­sienne, c’est la pre­mière fois qu’aucune des listes en com­pé­ti­tion ne se réclame d’un par­ti poli­tique pré­cis. Ce pour­rait être l’effet de la crise des grandes for­ma­tions, La Répu­blique en marche subis­sant elle-même les consé­quences des épreuves que le pou­voir a tra­ver­sées ces der­niers mois.

On vou­drait être sûr que la cam­pagne des muni­ci­pales, même en pareilles cir­cons­tances, soit l’occasion de mettre en valeur les véri­tables pro­blèmes du ter­ri­toire natio­nal. Alors que, par ailleurs, il n’est ques­tion que du défi éco­lo­gique, on peine à sai­sir com­bien celui-ci se tra­duit dans les pro­grammes. Paral­lè­le­ment, nous assis­tons au retour du loca­lisme mis à mal par les pro­ces­sus de mon­dia­li­sa­tion. Ce devrait sus­ci­ter des ini­tia­tives sur le ter­rain pour la réani­ma­tion de la vie éco­no­mique de la France péri­phé­rique. Une réani­ma­tion qui devrait être conçue à l’encontre de cer­taines ten­dances lourdes, celles que dénonce l’historien Pierre Ver­me­ren. Même les petites villes sont vic­times de la bru­ta­li­sa­tion du pay­sage, avec des zones indus­trielles et com­mer­ciales avides d’espace et de béton.

La suite