Quand Arte apporte sa pierre à l’escroquerie his­to­rique de la « légende noire » de la colo­ni­sa­tion
|

Quand Arte apporte sa pierre à l’escroquerie his­to­rique de la « légende noire » de la colo­ni­sa­tion

Par Ber­nard Lugan

La chaîne Arte vient de se sur­pas­ser dans le com­merce de l’insupportable escro­que­rie historiquequ’est la « légende noire » de la colo­ni­sa­tion. Or, le bilan colo­nial ne pour­ra jamais être fait avec des invec­tives, des rac­cour­cis, des mani­pu­la­tions et des men­songes.
Regar­dons la réa­li­té bien en face : la colo­ni­sa­tion ne fut qu’une brève paren­thèse dans la longue his­toire de l’Afrique. Jusque dans les années 1880, et cela à l’exception de l’Algérie, du Cap de Bonne Espé­rance et de quelques comp­toirs lit­to­raux, les Euro­péens s’étaient en effet tenus à l’écart du conti­nent afri­cain. Le mou­ve­ment des indé­pen­dances ayant débu­té durant la décen­nie 1950, le XXe siècle a donc connu à la fois la colo­ni­sa­tion et la déco­lo­ni­sa­tion. Quel bilan hon­nête est-il pos­sible de faire de cette brève période qui ne fut qu’un éclair dans la longue his­toire de l’Afrique ? Mes argu­ments sont connus car je les expose depuis plu­sieurs décen­nies dans mes livres, notam­ment dans Osons dire la véri­té à l’Afrique.J’en résume une par­tie dans ce com­mu­ni­qué.

1) Les aspects posi­tifs de la colo­ni­sa­tion pour les Afri­cains

La colo­ni­sa­tion appor­ta la paix

Durant un demi-siècle, les Afri­cains apprirent à ne plus avoir peur du vil­lage voi­sin ou des raz­zias escla­va­gistes. Pour les peuples domi­nés ou mena­cés, ce fut une véri­table libé­ra­tion. Dans toute l’Afrique aus­trale, les peuples furent libé­rés de l’expansionnisme des Zulu, dans tout le Sahel, les séden­taires furent libé­rés de la tenaille pré­da­trice Toua­reg-Peul, dans la région tcha­dienne, les séden­taires furent débar­ras­sés des raz­zias ara­bo-musul­manes, dans l’immense Nige­ria, la pré­da­tion nor­diste ne s’exerça plus aux dépens des Ibo et des Yoru­ba, cepen­dant que dans l’actuelle Cen­tra­frique, les raids à esclaves venus du Sou­dan ces­sèrent etc. A l’évidence, et à moins d’être d’une totale mau­vaise foi, les mal­heu­reuses popu­la­tions de ces régions furent clai­re­ment plus en sécu­ri­té à l’époque colo­niale qu’aujourd’hui…

La suite