Identité,  responsabilité  et liberté

Identité, responsabilité et liberté

Par Henri Peter

L’identité a mauvaise presse actuellement  ; Elle est vue  comme un repli malsain sur toi, le refus  de l’ouverture à l’autre et  la porte ouverte aux aventures  extrêmes . Avec  elle  est diabolisé, tout ce qui se rattache peu ou prou à la tradition,   qui doit être  balayée par un progressisme qui est sa propre ( folle )  référence  ;

Et  si un autre regard pouvait êtes  portée sur elle, non   sur   un identité idolâtrée pour  elle-même , incapable d’affronter le monde, caricature , qui certes  peut exister , soyons honnêtes,   c’est cette unique  vision  qu’on nous impose,  au marteau pilon médiatique., mais bien au contraire comme celle nous permettant  de renouer avec nos  origines,  une  fidélité , qui nourrit  une résistance  contre tout qui veut  nous détruire , plus  précisément abolir notre liberté.   Qui a dit  cette phrase  : j’écris pour me justifier. (…) Aux yeux de l’enfant que je fus. Qu’il ait cessé de me parler ou non, qu’importe, je ne conviendrai jamais de son silence, je lui répondrai toujours.”  ? Bernanos,  qui proclame ainsi sa fidélité    à  l’enfant que nous  avons  tous été et qu’il  appelle au soir de sa vie…

Cette fidélité profonde, qui nous guide  toute une  vie,   nous  la retrouvons chez  tous ceux qui ont laissé une grande trace  durable  dans l’histoire, qui ont pu faire éclore leur vocation,  que cela soit Mozart en musique, et tant d’autres artistes.  Mais   en politique qui  nous pourrions nous  citer  ; de Gaulle malgré ses ombres, tant d’autres,  et  puis pourquoi pas ne pas citer la litanie de nos Rois  ?..  Bref, tout ceux qui ont  le talent de pouvoir fonder ce qui dure . .   Et plus modestement, mais tout  aussi important aussi,  chacune de nos familles,  a eu cette vocation  :  où en serions nous, si ne nous avait pas été  transmis pieusement comme une «  lettre scellée  » , ce qui les a fait vivre  et perdurer à travers les siècles.

Ne pourrait-on  donc pas   voir  l’identité si décriée, comme  un  point de départ, non d’arrivée bien sûr, pour résister au totalitarisme  ?  Peut -être pour éviter les pièges,  faudrait il plutôt parler  de fidélité, à  ce qui nous a été transmis et que nous  avons reçus à charge de le renouveler dans notre vocation propre. 

On commence à  le savoir  :  beaucoup de royalistes  ont participé à l’aventure de la Résistance, De Gaulle, lui-même, appartenait à cette   tradition,  au moins par ses parents  ; Il s’agissait certes de résister à un ennemi,  mais aussi  pour beaucoup de résister à un totalitarisme tuant les âmes. . D’où ces Résistants, femmes ou hommes ont-ils tiré  la force de se lever  ?. 

Peut être serait-il  aussi intéressant de voir en parallèle ceux d’en face,  qui étaient soumis en Allemagne,  à une  idéologie insane et féroce, et certains  se sont eux aussi  mis en mouvement  :  résistant  même au grand jour au nazisme    D’où ont-ils pu tirer leur force dans un pays soumis à la férule  de ce que Theodore Haecker appelle l’Antichrist’,  sinon dans cette fidélité, un retour aux racines exigeante de leur  tradition précisément dans leur  foi de chrétiens, catholiques ou protestants  réunis .  Elle aussi a existé  et elle aussi a tiré sa force morale spirituelle et active dans cette fidélité  à une  liberté qu’ils avaient rencontrée et approfondie depuis  leur enfance.

Actuellement un film «   Une  vie cachée » un biopic sur un héros autrichien Franz Jägerstätter  vient de sortir en salle  Il conte l’odyssée  dans des images somptueuses de  celui  qui  au nom de sa foi catholique a résisté. Le film est discret sur ses  profondes motivations. Peut- on en citer quelque unes,  qu’il a  consignées dans  son  journal  :

«  Depuis qu’il ya des hommes en  ce monde  ; l’expérience nous apprend que Dieu accorde  aux hommes le libre arbitre Et Dieu ne descendra pas du ciel pour anéantir le mal ou les méchants.

La Rose Blanche mouvement contemporain  de Résistance  de jeunes étudiants  sans concessions à Hitler,  le dénonce et tente  aussi d’éveiller  les Allemands  en terminant  par cette phrase  un de leurs tracts distribué déjà  à Munich en juin 1942  :

«  Nous serons votre mauvaise conscience  »

Quelles réflexion inspirent ces jeunes héroïques au  le grand théologien Guardini en 1945 pour célébrer leur œuvre  à Munich  ? :  «  Tout vient de la  force de la liberté et de l’esprit, de la profondeur de l’Esprit, des sources du cœur, (..)  cela dans la vie quotidienne jusqu’à  celle du héros, de l’acte juste et de l’œuvre  »

Romano  Guardini s’interroge alors sur la dimension sacrificielle de leur acte et de sa postérité.

Au plus profond de cette vie se trouve le sacrifice. ( ) Ils tentaient  de mettre l’accent sur les êtres dans leur pure vérité,  et d’établir les ordres de l’existence tels qu’ils sont réellement. Par conséquent, il doit être clair ce que “sacrifice” signifie ici, que nous nous approchons à ce que nous avons de plus intime …Il est clair qu’aucune grande action, aucun travail réel, aucune relation humaine juste n’est possible sans que l’homme ne  prenne le risque de s’y aventurer.

Guardini s’interroge ensuite  sur le destin de cette action commandée par une  réponse à un appel de notre conscience chrétienne.

          En vérité, cependant, l’existence humaine est portée par  elle. Nous avons appris ce que signifie la communauté, s’opposant à  l’individualisme des temps précédents  ; Elle va plus loin qu’on ne le pense habituellement. (  ;..) Il existe un lien dans ce que nos actes et œuvres ont tissé    Encore une fois, c’est précisément notre temps qui a  nous enseigné et appris  comment l’acte de l’individu devient le destin de tous, dans le mal, mais aussi  grâce à Dieu, dans le bien. (..)

Plus haut Guardini précise

 «  cet acte est confié à la main de Dieu afin qu’il puisse l’insérer dans le grand récit du monde . Il existe donc un lien dans ce que nos actes et œuvres ont tissé.

  Guardini  conclut par ces mots  son  hommage  :

Mais ils étaient des chrétiens convaincus  ; lls vivaient leur foi,  et les racines de leur âme s’enfonçaient dans ces  profondeurs.que nous venons d’évoquer 

Etaient-ils conscients  de l’ultime portée  de ce qu’ils avaient entrepris, (..) Ils se sont battus  pour la liberté d’esprit et l’honneur de l’homme..Leur nom restera à jamais  lié à ce combat.

Nous voyons  bien ici qu’il n’y pas dans  ces cas  ni  angélisme ni anarchisme  comme le dit Thibaud Collin,[1] qu’il n’y a donc  pas contradiction entre la fidélité à  notre enfance, cette part secrète de nous-mêmes  et l’engagement sans concession pour le salut temporel de la patrie et que nous pouvons aussi le méditer, voir l’appliquer à notre époque.


[1]Homme nouveau numéro du 4 janvier 2020