You are currently viewing La ligne rouge

La ligne rouge

Par Eric Letty

Une fois de plus, la ques­tion de l’immigration et celle de l’islam en France s’imposent dans l’espace média­tique et poli­tique, sus­ci­tant la polé­mique et la caco­pho­nie. Réca­pi­tu­lons : pre­mier acte, en sep­tembre, Emma­nuel Macron opère un revi­re­ment sur la ques­tion migra­toire pour ten­ter de conqué­rir, dans la pers­pec­tive de 2022, une par­tie de l’électorat qui pour­rait être ten­tée par un autre vote… Oublié, le pacte de Mar­ra­kech auquel la France a sous­crit en jan­vier der­nier ! Pour convaincre le « peuple » qu’il n’est pas le cham­pion des gagnants de la mon­dia­li­sa­tion, il adresse aux dépu­tés de sa majo­ri­té des paroles fortes : « La ques­tion est de savoir si nous vou­lons être un par­ti bour­geois ou pas. Les bour­geois n’ont pas de pro­blèmes avec ça[l’immigration]: ils ne la croisent pas. Les classes popu­laires vivent avec. »Georges Mar­chais, sors de ce corps ! Acte deux : fin sep­tembre, lors de la conven­tion de la droite, un dis­cours d’Éric Zem­mour, dans lequel il dénonce la« colo­ni­sa­tion » et l’« isla­mi­sa­tion » de la France, déclenche une polé­mique qui lui vaut de perdre plu­sieurs de ses tri­bunes habi­tuelles. Même la Socié­té des jour­na­listes du Figa­ro demande sa tête, avec un sou­ci confra­ter­nel de la liber­té d’expression. Mal­heu­reu­se­ment, une chaîne nau­séa­bonde, Cnews, recueille le paria et connaît un record d’audimat. Appa­rem­ment, Zem­mour inté­resse encore les Français…Acte trois : le 3 octobre, un poli­cier conver­ti à l’islam et « radi­ca­li­sé », mais tra­vaillant à la direc­tion du ren­sei­gne­ment, assas­sine quatre de ses col­lègues dans l’enceinte de la pré­fec­tu­rede police de Paris. Le ministre de l’Intérieur ment en affir­mant que son com­por­te­ment n’avait jamais don­né « le moindre signe d’alerte ». Cas­ta­ner est tou­jours en poste…Acte quatre : le 11 octobre, à Dijon, au Conseil régio­nal de Bour­gogne, le conseiller RN Julien Odoul exige qu’une musul­mane accom­pa­gnant une sor­tie sco­laire retire son voile isla­mique, au nom des « prin­cipes laïcs ».Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blan­quer, le désa­voue par auto­ma­tisme, mais déclare lui-même que « le voile n’est pas sou­hai­table dans notre socié­té ».

La suite