You are currently viewing La logique diabolique

La logique diabolique

Accueil – Monde & Vie 

Jamais pro­jet de loi n’a aus­si mal por­té son nom que celui sur la « bioé­thique ». Car l’éthique concerne la morale. Or, la ques­tion de la PMA sans père, qui n’est certes pas la seule impor­tante dans le texte catas­tro­phique pré­sen­té par le gou­ver­ne­ment, mais qui est cen­trale, ne pose pas une ques­tion de morale, mais d’essence : elle touche à l’être de l’être humain. Guillaume de Pré­mare et moi avions cité, dans notre livre Résis­tance au Meilleur des mondes, un texte de Jacques Atta­li, dans lequel cet homme du Siècle, ce conseiller des pré­si­dents, cet ini­tié, annon­çait le der­nier épi­sode de la bataille en cours : le moment où l’homme sera créé en matrice arti­fi­cielle. Atta­li ne men­tait pas, c’est ce qui nous attend si nous lais­sons faire les puis­sances qui dominent ce monde. Son conseil était per­vers, en revanche, lorsqu’il invi­tait les oppo­sants au mariage inver­ti à renon­cer à cette lutte pour se rendre direc­te­ment, en sau­tant les cases en quelque sorte, à cet enjeu ultime du com­bat. C’est un mau­vais avis, parce que nous avons affaire à une chaîne logique. Si l’on par­vient à la rompre, tous les élé­ments s’en trouvent fra­gi­li­sés. La loi Tau­bi­ra sur l’union des homo­sexuels a été ren­due pos­sible par la fra­gi­li­sa­tion de la famille tra­di­tion­nelle en tant que norme. La dis­so­lu­tion de ce modèle, en éga­rant les esprits, a pré­pa­ré l’idée qu’il pou­vait exis­ter des mariages entre deux hommes ou deux femmes et que de telles « familles » pou­vaient légi­ti­me­ment adop­ter des enfants. Exit la com­plé­men­ta­ri­té de l’homme et la femme.Nous en sommes à la phase sui­vante : si deux femmes peuvent éle­ver des enfants adop­tés, ne serait-il pas pré­fé­rable qu’elles les conçoivent et les portent elles-mêmes ?

La suite