À la « Une » du Figa­ro de ce matin : Le Chef de l’Etat sérieux sur l’immigration ou Sar­ko­zy bis ?

À la « Une » du Figa­ro de ce matin : Le Chef de l’Etat sérieux sur l’immigration ou Sar­ko­zy bis ?

Les pro­pos tenus avant-hier par Emma­nuel Macron devant les dépu­tés de LREM, éba­his d’être ain­si qua­si­ment tan­cés et mis au pied du mur tabou de l’immigration, sur quoi il fal­lait jusqu’à pré­sent se taire, font évi­dem­ment grand tapage. Il y avait bien eu de ci de là, quelques pré­mices de même veine, quelques phrases jetées à la volée. Mais point de dis­cours construit, comme semble l’être ce der­nier. Sur­prise … Et d’autant plus qu’il contre­dit à angle droit maintes décla­ra­tions radi­ca­le­ment inverses du Chef de l’Etat, y com­pris cette année encore. Des pro­pos van­tant les avan­tages et mérites signa­lés de l’immigration. André Ber­coff en a don­né un sai­sis­sant et savou­reux flo­ri­lège hier soir, à la télé­vi­sion.    

La pen­sée com­plexe ver­sus le sen­ti­ment pro­fond des Fran­çais

Est-ce un effet de la pen­sée com­plexe ? Nous n’avons rien contre cette der­nière lorsqu’elle est d’ordre spé­cu­la­tif. Mais gou­ver­ner c’est choi­sir, c’est tran­cher, c’est déci­der, c’est agir. C’est être, s’il le faut, Créon. Certes avec dis­cer­ne­ment, nuances et équi­libre, cela vaut mieux. Mais, en tout cas, ce n’est pas res­ter indé­fi­ni­ment dans l’examen et le dis­cours. Cer­tains s’interrogent, sans-doute sont-ils naïfs, sur la sin­cé­ri­té d’Emmanuel Macron. Quel mora­liste du siècle der­nier a dit que les hommes sont tou­jours sin­cères, ils changent de sin­cé­ri­té, voi­là tout ? Emma­nuel Macron s’en arrange fort bien comme les cama­rades. Comme l’ancien pré­sident Sar­ko­zy, par exemple, à qui ce genre d’arrangement avec sa sin­cé­ri­té et acces­soi­re­ment avec le vœu pro­fond des Fran­çais, coû­ta sa défaite de 2012 et à la France le ter­rible quin­quen­nat de Fran­çois Hol­lande.  

La suite