You are currently viewing La ques­tion sco­laire en France. Par­tie 1 : L’hy­po­cri­sie et les blo­cages de l’E­du­ca­tion nationale.
|

La ques­tion sco­laire en France. Par­tie 1 : L’hy­po­cri­sie et les blo­cages de l’E­du­ca­tion nationale.

Lors des émeutes de l’au­tomne 2005, j’a­vais pro­po­sé au pro­vi­seur du lycée Hoche de Ver­sailles d’é­chan­ger pour les mois sui­vants quelques heures de mon ser­vice avec des col­lègues de mon ancien col­lège des Mureaux, en zone défa­vo­ri­sée, pour sou­la­ger un peu ceux-ci et leur mon­trer un autre visage de l’en­sei­gne­ment tan­dis que j’es­pé­rais que mon expé­rience pas­sée de « pro­fes­seur de ZEP » (neuf ans au col­lège Jean-Vilar des Mureaux) ser­vi­rait à dénouer tem­po­rai­re­ment quelques sou­cis. C’é­tait aus­si un moyen d’af­fir­mer une soli­da­ri­té active, tant avec les pro­fes­seurs et les admi­nis­tra­tions des éta­blis­se­ments consi­dé­rés comme « dif­fi­ciles » qu’a­vec des élèves sou­vent per­sua­dés que la France les a reje­tés parce qu’ils étaient nés là ou au loin, et qui se sentent, pas tota­le­ment à tort, mar­gi­na­li­sés par l’Éducation natio­nale, plus injuste encore qu’i­né­ga­li­taire

Si l’i­dée d’un tel échange a tout de suite plu aux auto­ri­tés du lycée et à quelques ensei­gnants des deux éta­blis­se­ments éloi­gnés d’une poi­gnée de kilo­mètres, le rec­to­rat et l’ins­pec­tion aca­dé­mique m’ont tout de suite fait savoir, ora­le­ment et assez sèche­ment, qu’une telle ini­tia­tive était impos­sible, non seule­ment à mettre en place, mais aus­si à pro­po­ser ! Les textes étaient clairs, les consignes étaient strictes : il m’a été ain­si répon­du que si je vou­lais don­ner des heures de cours aux Mureaux, il fal­lait deman­der ma muta­tion là-bas, ce qui n’é­tait pas mon inten­tion puisque je ne sou­hai­tais y don­ner que quelques heures (j’a­vais pro­po­sé six heures, soit un tiers de mon ser­vice), et que c’é­tait la même pers­pec­tive pour les quelques col­lègues du lycée qui avaient accep­té de me suivre dans ce pro­jet mal­heu­reu­se­ment admi­nis­tra­ti­ve­ment et léga­le­ment impos­sible. Ain­si m’ap­pa­rais­saient encore plus net­te­ment l’un des nom­breux blo­cages de l’Éducation natio­nale et la froide logique d’un sys­tème à la fois jaco­bin et kaf­kaïen, appa­rem­ment inca­pable de cette néces­saire sou­plesse qui, pour­tant, pour­rait résoudre moult pro­blèmes sans défaire l’ensemble.

La suite