You are currently viewing L’aé­ro­port Notre-Dame-des-Landes, pro­jet inutile et dangereux.
|

L’aé­ro­port Notre-Dame-des-Landes, pro­jet inutile et dangereux.

Revoi­ci, une fois encore, le dos­sier de Notre-Dame-des-Landes… Le rap­port remis au Pre­mier ministre ce mer­cre­di ne tranche pas exac­te­ment pour l’une ou l’autre des solu­tions (soit la construc­tion du nou­vel aéro­port nan­tais, soit l’a­mé­na­ge­ment de l’ac­tuel), et ce n’é­tait pas son rôle car c’est celui du Pré­sident de la Répu­blique de prendre la déci­sion finale. Sou­hai­tons que celle-ci, for­cé­ment cli­vante et désa­gréable pour l’une ou l’autre des par­ties enga­gées dans le débat, prenne en compte les enjeux envi­ron­ne­men­taux et la néces­si­té d’en finir avec une poli­tique et une éco­no­mie du tout-béton qui n’est plus, à l’heure actuelle, ni viable ni même accep­table au regard de nos pay­sages et de leur aménagement.

Dans cette affaire, je me suis tou­jours trou­vé, en tant que mili­tant roya­liste et tra­di­tio­na­liste cri­tique, dans le camp des oppo­sants au pro­jet d’aé­ro­port de Notre-Dame-des-Landes, camp effec­ti­ve­ment très hété­ro­gène dont cer­tains ne veulent voir et recon­naître que les fameux « zadistes », deve­nus l’ob­ses­sion d’une Droite et d’une Gauche, toutes deux libé­rales, qui, en bien d’autres lieux et envers d’autres groupes autre­ment plus dan­ge­reux (y com­pris idéo­lo­gi­que­ment), sont beau­coup plus « pru­dents », pour ne pas dire lâches… Hypo­cri­sie d’un sys­tème poli­ti­cien qui se cherche des enne­mis pour évi­ter de se confron­ter à ses propres contra­dic­tions et à la paresse de son idéo­lo­gie domi­nante, fon­dée sur la mon­dia­li­sa­tion, la métro­po­li­sa­tion et la socié­té de consom­ma­tion. Ne sont-ce pas, d’ailleurs, ces mêmes « Mes­sieurs » de Nantes et de Loire-Atlan­tique qui sont à l’o­ri­gine d’un plan de cir­cu­la­tion autour de la ville qui laisse pour­tant lar­ge­ment à dési­rer, comme peuvent le consta­ter les auto­mo­bi­listes du matin, du soir et des périodes vacan­cières, et qui militent pour un aéro­port dont les accès « rapides » ne sont même pas pen­sés et encore moins financés ?

La suite