La revue Limite en lévitation ?

La revue Limite en lévitation ?

Les Manifs Pour Tous ont assem­blé toute une géné­ra­tion autour de la néces­si­té de l’engagement poli­tique. Recon­nais­sons-le, cette géné­ra­tion peine à por­ter les len­de­mains orga­ni­sa­tion­nels cor­res­pon­dants à la pro­messe tant répé­tée d’un Mai 68 à l’envers. Limite, à n’en pas dou­ter, fut, volon­tai­re­ment ou invo­lon­tai­re­ment, l’une des pépites nées de ce tour­billon d’interrogations et de tentatives.

Et Limite conti­nue de bous­cu­ler le morne consen­sus catho­lique dans une récente tri­bune : « BIOÉTHIQUE : NE NOUS TROMPONS PAS DE COMBAT ». Le cha­peau de la tri­bune expli­cite l’ambition du texte : « Pour nous, l’opposition, légi­time, à un tel bou­le­ver­se­ment ne doit pas se retour­ner contre les per­sonnes homo­sexuelles ni nous détour­ner de l’urgence éco­lo­gique. »

Si nous allons au-delà de gênes de sur­face (per­sonne en France ne cri­mi­na­lise l’homosexualité, est-ce utile de par­ti­ci­per à la bana­li­sa­tion de la trans­sexua­li­té ?) et pre­nons la suite de la réflexion, mobi­li­sée après un excellent para­graphe inti­tu­lé Notre approche est tech­no­cri­tique, la ques­tion cru­ciale est posée comme suit : « Vou­lons-nous vivre dans un monde où tout ce qui est fai­sable devienne légal, où tout puisse se modi­fier et se mon­nayer » ? Per­sonne ne le veut !

La suite