La république de Macron

La république de Macron

par François Marcilhac

La droite parlementaire éparpillée façon puzzle, à la suite des européennes, après la gauche, il y a deux ans, à la suite de la présidentielle  : cela ne nous réjouit ni ne nous attriste. Il y a bien longtemps que Chirac, en livrant, au sein de l’UMP, le gaullisme à son ennemi historique, le centre, avait fait perdre à la droite le peu de colonne vertébrale qui lui restait depuis Maastricht. Sa tête de liste aura été un révélateur  : un homme affichant, ou paraissant afficher des convictions ne pouvait que desservir un parti devenu si hétéroclite que son électorat a fini par le déserter. Macron, comme un buvard, après avoir absorbé l’électorat liquide du centre-gauche, absorbe celui, tout aussi liquide, du centre-droit, voire cet électorat de droite qui n’aspire qu’à l’ordre social quel qu’il soit  : les visages éborgnés et les mains arrachées n’ont, électoralement, pas été perdus pour tout le monde. La répression impitoyable du mouvement des Gilets jaunes, la plus violente depuis la guerre d’Algérie, a campé Macron en petit Adolphe Thiers, si bien que l’ouest parisien s’est pâmé d’aise  : il est passé en deux ans des Républicains aux Marcheurs – une partie de la «  droite Trocadéro  » comprise. De même, le nombre impressionnant de maires de grandes villes ou de villes moyennes, membres ou proches de LR qui, dès le lendemain de la défaite, sont allés à la soupe macronienne dans la perspective des municipales de 2020, traduit à lui seul la vérité d’une droite méprisée parce que méprisable.

Macron aurait toutefois tort de crier «  Victoire  » trop tôt. Même si le scénario de 2022 semble d’ores et déjà devoir reproduire celui de 2017, avec le même clap de fin, un quinquennat n’est pas un long fleuve tranquille et tant la situation internationale et une possible crise financière que la situation intérieure sont grosses d’incertitudes.

Au plan intérieur, sa politique, dans un sens toujours plus favorable à l’oligarchie dénationalisée, pourrait devenir si insupportable que le pays réel n’attendra peut-être pas les futures présidentielle et législatives, voire les prochaines municipales pour s’y opposer. Car c’est au LBD que réforme Macron  : la violence de sa politique ne vise pas que les manifestants. Aux plans économique, environnemental – l’écologie lui servant de variable d’ajustement –, social – le chômage et les retraites –, culturel et civilisationnel, il a décidé de ne laisser après son passage qu’un peuple, et un pays, en ruine, auquel, comme à Notre-Dame, il entend imposer des «  gestes contemporains  »  : ses réformes. Sans compter une haine froide pour le catholicisme. Si on en croit les sondages, quelque 45  % des pratiquants réguliers auraient voté Loiseau aux européennes  : effet du sidérant décervelage, depuis deux générations, de fidèles livrés à des ecclésiastiques devenus de gentils animateurs. Pourtant, aux Bernardins, Macron avait prévenu  : les catholiques, sous son mandat, ne seront plus autorisés qu’à faire de la figuration. Mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre. On comprend pourquoi Macron a attendu le lendemain des européennes pour exiger de la Cour de cassation qu’elle casse la reprise des soins de Vincent Lambert, ordonnée par la Cour d’appel de Paris et approuvée par nos évêques.

Ventes des bijoux de famille, parmi lesquels les barrages et Aéroports de Paris – il faut évidemment signer la pétition demandant le référendum –, industries dépecées, livrées ou non aux Américains lorsqu’il était conseiller ou ministre, francophonie trahie en France même, liberté d’expression bridée — la «  haine  » devenant un concept juridique —, famille méthodiquement détruite – la PMA avant la GPA –, euthanasie, recherches sur l’embryon… La République et Macron détruisent la substance nationale, la livrent à l’étranger, dépouillent ses héritiers. La république de Macron en est au moment où la dépossession des citoyens est à peu près accomplie.

Source : Le Bien Commun, n° 9, juillet/août 2019.