Charismatique ou charlatan

Macron use de tous les subterfuges pour maintenir un pouvoir fragilisé.

Il parle, il parle encore, il parle toujours. L’homme n’est pas seulement un habile politicien ; il tient à faire savoir qu’il est d’abord un homme de conviction.

Il est différent des autres et il le souligne en désignant à la vindicte publique « les décennies » qui l’ont précédé et qui le forcent aujourd’hui à écoper.

L’illusion d’un rêve de supériorité

Il peut même avoir un aspect touchant, tant on le sent plein de cette conviction qui justifie sa supériorité morale et politique. Qui ne le remarque ? Il est si convaincu de tout ce qu’il dit ! Ce qui est toujours dangereux en politique, le royaume du mensonge et de la trahison. N’a-t-il pas, lui-même, pour s’imposer, dû trahir et mentir ? Il en a donné du moins l’apparence. Cruelle nécessité ! Mais sa conviction profonde, toujours intacte, révèle en revanche la pureté de son intention. Sa dernière prestation en administrait une fois de plus la preuve. Il est si sûr de sa raison, de son bon droit, de l’excellence de ses choix, de la force et de la clarté de son exposé qu’il laisse évidemment entendre qu’il faut être de bien mauvaise foi pour n’être pas convaincu.

N’est-ce-pas ce qu’il a répondu à ces quelques journalistes – triés sur le volet – qui ont fait semblant de le bousculer ? « Vous ne m’aidez pas », leur disait-il dans un sourire qui mêlait amertume et commisération.

Il suffisait de l’écouter, pourtant, pour comprendre qu’il commence toujours, et d’abord, par se convaincre lui-même. Ainsi nul autre que lui, par expérience sur lui-même, n’est plus persuadé qu’il doit convaincre, qu’il sait convaincre, qu’il ne peut que convaincre, bref, qu’il n’est né et qu’il n’est arrivé à la suprême fonction que pour convaincre. Ce qu’il s’essaye à faire, comme il n’apparaît que trop, dût-il y passer une heure de plus que prévu, comme l’autre jour à l’Élysée, voire huit heures d’affilée s’il le faut, comme au cours du grand débat par ses soins organisé.

La suite