L’humour sans risque des rebel­lo­crates de France Inter

L’humour sans risque des rebel­lo­crates de France Inter

Fré­dé­ric Fro­met, humo­riste sur France Inter. France inter

Dans un immense élan d’impertinence rebelle et de cou­rage digne de la colonne Dur­ru­ti, l’émission Par Jupi­ter ! de France Inter a pro­po­sé à ses audi­teurs une bafouille du médiocre bala­din Fré­dé­ric Fro­met raillant l’incendie de la Cathé­drale Notre-Dame, toute en finesse et avec un à‑propos hors du commun.

Les Fran­çais sont habi­tués à ce que l’audiovisuel public leur impose fré­quem­ment, avec le fruit de leurs impôts, une vision fon­dée sur des pos­tu­lats idéo­lo­giques qu’ils sont contraints de subir sans bron­cher, sous peine d’être taxés d’être des réac­tion­naires ran­cis. Les choses ont ten­dance à se cor­ser lorsque la bien pen­sance s’essaie à l’humour.

La séquence serait d’ailleurs sur­tout gênante, comme l’est toute forme d’humour mau­vais ; on a un peu honte à la place de la per­sonne qui nous accable de ses saillies sup­po­sé­ment dro­la­tiques, si elle ne révé­lait pas quelques tra­vers par­ti­cu­liè­re­ment contes­tables, qui vont de la faci­li­té à la couar­dise en pas­sant par une gros­sière forme de confu­sion mentale.

Com­men­çons d’abord par dire que, puisque nous sommes défi­ni­ti­ve­ment Char­lie et vis­cé­ra­le­ment atta­chés à la liber­té d’expression qui doit demeu­rer un prin­cipe intan­gible en par­ti­cu­lier du fait des très nom­breux assauts qu’elle subit actuel­le­ment et de tous côtés, il n’est pas ques­tion de reve­nir dans ce cas pré­cis sur ladite liber­té. Il est loi­sible à une équipe d’animateurs plus ou moins mau­vais de faire des plai­san­te­ries plus ou moins mau­vaises. Pas ques­tion, par consé­quent, de se ran­ger du côté des cen­seurs et mora­li­sa­teurs dont, d’ailleurs, les repré­sen­tants auto­pro­cla­més du camp du Bien – dont le sec­teur audio­vi­suel public regorge -, sont eux-mêmes les meilleurs représentants.

La suite