LE ROI, PLUS QUE JAMAIS !
||

LE ROI, PLUS QUE JAMAIS !

« Le Prince  pour retis­ser mieux que qui­conque le tis­su social hor­ri­ble­ment déchi­ré de la France contemporaine. »

Aujourd’hui l’invocation des valeurs répu­bli­caines appa­raît dans le meilleur des cas comme une ren­gaine usée et inin­tel­li­gible à force d’être pro­fé­rée par toutes les bouches, en toute occa­sion, pour dire à peu près tout et son contraire, et dans le pire des cas comme une for­mule conser­va­trice et hypo­crite visant à empê­cher toute remise en cause du sys­tème poli­ti­co-média­tique et du poli­ti­que­ment correct.

La fonc­tion pré­si­den­tielle connaît la même tra­gique déva­lua­tion. Il semble qu’élection après élec­tion, l’état de grâce du nou­veau loca­taire de l’Élysée se réduise comme peau de cha­grin. Le fameux monarque répu­bli­cain appa­raît de moins en moins monarque, c’est-à-dire consen­suel, pater­nel, ras­sem­bleur, et de plus en plus répu­bli­cain : un chef de majo­ri­té par­le­men­taire acca­pa­rant tous les pou­voirs pen­dant cinq ans à l’occasion d’un hold-up élec­to­ral per­mis par un mode de scru­tin qui tra­hit fon­da­men­ta­le­ment toute véri­table repré­sen­ta­tion du peuple.

La suite