La monarchie chez Maurras

La monarchie chez Maurras

Le monarchisme est une idée politique. Souvent associé à une simple posture, il est, chez Maurras, le fruit d’une logique intellectuelle.

« Oui ou non, demande Maurras, à l’aube du XXe siècle, l’institution d’une monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée est-elle de salut public ? » La monarchie, pour Maurras, n’est pas seulement une institution : elle doit aussi permettre de libérer les structures sociales, afin de redonner au pays réel la maîtrise de son destin. Une véritable représentation de la nation, incompatible avec la République, est même consubstantielle à la monarchie : « Il faut constituer, organiser la France, ou plutôt la laisser se constituer et s’organiser en une multitude de petits groupements, naturels, autonomes : véritables républiques locales, professionnelles, morales ou religieuses […] se gouvernant par libres conseils spontanés. Le parlementarisme, expulsé de l’État central, peut se réfugier dans ces États inférieurs ». La République n’a jamais réussi à assurer la représentation du pays réel, se contentant d’une représentation partisane qui se prétend l’expression de la volonté générale alors qu’elle n’est que celle d’une oligarchie qui a confisqué le pouvoir. Confiscation contre laquelle s’exprime, aujourd’hui, la colère du pays réel en Gilet jaune.

La suite