You are currently viewing « L’his­toire des chefs ven­déens est romanesque !»

« L’his­toire des chefs ven­déens est romanesque !»

« Hen­ri de La Roche­ja­que­lein au com­bat de Cho­let, 17 octobre 1793 », pein­ture de Paul-Émile Bou­ti­gny, musée d’art et d’his­toire de Cho­let. Wiki­me­dia Com­mons – CC

L’his­to­rien Jean-Joël Bré­geon publie l’his­toire des prin­ci­paux chefs ven­déens, réac­tua­li­sée grâce aux recherches les plus récentes. Dans ce récit vivant et docu­men­té, l’his­toire frôle sou­vent la légende.

Jacques Cathe­li­neau. Charles de Bon­champs. Louis de Salgues de Les­cure. Hen­ri de La Roche­jac­que­lein… Ces noms, que l’on entend encore réson­ner lors des soi­rées d’é­té du Puy du Fou, claquent au vent de l’his­toire. Leur épo­pée fut pour­tant brève : La Roche­jac­que­lein, le cadet d’entre eux, meurt en jan­vier 94 à l’âge de 21 ans, quelques mois seule­ment après avoir pris les armes. Néan­moins aujourd’­hui encore, ils fas­cinent les his­to­riens et nour­rissent le fan­tasme de nom­breux roman­ciers. C’est que leur his­toire est tein­tée de légende… Qui sont ces pay­sans, petits notables, mili­taires ou grands sei­gneurs, qui ont vu leur vie bas­cu­ler le jour où ils ont choi­si de défier la Répu­blique pour défendre le vieux monde auquel ils étaient atta­chés presque char­nel­le­ment ? Ce sont ces des­ti­nées croi­sées dont pour­tant pas une ne se res­semble, que l’au­teur raconte avec sobrié­té, à la manière d’un his­to­rien certes – mais aus­si en conteur pas­sion­né. Figa­ro­Vox en publie quelques extraits, accom­pa­gnés d’un entre­tien dans lequel Jean-Joël Bré­geon donne plei­ne­ment sens au tra­vail de l’historien.

La suite