Articles royalistes de jean-Philippe Chauvin
Messieurs les censeurs, bonsoir ! »

Entre deux corrections de copies et le suivi régulier de l’actualité, j’essaye de lire tout ce qui sort en librairie ou dans la presse sur Mai 68, les événements et les idées, et cela nourrit ma propre réflexion sur cette époque particulière mais aussi ses héritages et notre « bel aujourd’hui ». Ainsi, je redécouvre Maurice Clavel, surtout présent aujourd’hui dans la presse d’inspiration catholique et grâce à Gérard Leclerc, son lecteur fidèle et l’un des derniers amis de ce penseur original et non-conformiste. J’avoue que, la première fois que j’en ai entendu parler, c’était lors d’un passage dans les locaux parisiens de la Nouvelle Action Royaliste, au milieu des années 1980, mais les combats de l’immédiat du moment et mes lectures plus « maurrassiennes » d’alors ne m’avaient guère permis d’aller plus loin dans la découverte de ce « drôle de paroissien » aux verres étonnamment épais et peu esthétiques, mais à la si vive intelligence. Aujourd’hui, Clavel est peu cité et inconnu des mutins de Tolbiac, ou des commémorateurs d’un « Mai » fantasmé et devenu stérile d’avoir été trop plagié sans avoir été ni compris ni intelligemment critiqué par les clercs qui prétendent « faire l’opinion ».

Pourtant, son « Messieurs les censeurs, bonsoir », jeté à la face d’un ministre et d’une télévision « aux ordres » quelques années après Mai 68, me semble, au-delà de l’heureuse formule, d’une grande actualité à l’heure où la liberté d’expression est de plus en plus encagée par les Tartuffes bien-pensants et, souvent, communautaristes, et que parler librement expose aux foudres judiciaires ou médiatiques des « fâcheux ». Désormais, la censure ne vient plus seulement de l’État ou du parti dominant, elle s’affirme sur (et par) les réseaux sociaux, dans les médias dominants (publics comme privés), et, entre autres, dans les bibliothèques et les universités, sous la houlette d’innombrables Saint-Just : « Pas de liberté pour les ennemis de la Liberté », a remplacé la formule de Jean Yanne, devenue mythe soixante-huitard avant que de devenir la règle d’un certain libéralisme libertaire, « Il est interdit d’interdire »… Ainsi, on est passé de la boutade potache à la froide rigueur de la Vertu « révolutionnaire » ! Du désordre de 1789 à la Terreur de 1793…

La suite