Saint-Cyr : une pro­mo­tion débap­ti­sée par l’armée

Saint-Cyr : une pro­mo­tion débap­ti­sée par l’armée

Marche arrière pour la pro­mo­tion 2016 – 2019 de l’É­cole spé­ciale mili­taire de Saint-Cyr. L’ar­mée de terre a déci­dé de lui attri­buer un nou­veau par­rain afin d’ef­fa­cer des registres le nom du « géné­ral Lous­tau­nau-Lacau ». Un mili­taire héros des deux guerres mon­diales, mais notoi­re­ment antisémite.

« Le chef d’é­tat-major des armées et l’ar­mée de terre, en concer­ta­tion avec la ministre des Armées, ont déci­dé de ne plus uti­li­ser ce nom de pro­mo­tion », a expli­qué à l’Agence France-Presse le porte-parole de l’ar­mée de terre, le colo­nel Benoît Bru­lon. Il sera enga­gé avec les élèves de la pro­mo­tion concer­née un « par­cours de mémoire » au terme duquel un nou­veau nom de par­rain sera choi­si, a‑t-il précisé.

« Saint-cyrien, héros des deux guerres mon­diales, résis­tant, dépor­té à Mau­thau­sen et dépu­té à l’As­sem­blée natio­nale dans les années 1950, Georges Lous­tau­nau-Lacau est une figure mili­taire dont les faits d’armes […] avaient alors jus­ti­fié le choix des dif­fé­rentes auto­ri­tés », fait valoir l’ar­mée dans un com­mu­ni­qué. Mais « les élé­ments récem­ment por­tés à la connais­sance du chef d’é­tat-major de l’ar­mée de terre, pos­té­rieu­re­ment à la déci­sion d’at­tri­bu­tion du nom, ont mis en lumière l’ac­ti­vi­té poli­tique de Georges Lous­tau­nau-Lacau dans les années 30 », au cours des­quelles il a tenu des pro­pos farou­che­ment anti­sé­mites, pour­suit le com­mu­ni­qué. Il a notam­ment ani­mé en 1938 une mai­son d’é­di­tion natio­na­liste, La Spi­rale, qui a publié deux revues dans les­quelles ont paru de nom­breux articles anti­com­mu­nistes, anti­al­le­mands et anti­sé­mites. L’of­fi­cier a lui-même écrit au moins un article en 1938 dans lequel il met en doute la loyau­té des Juifs de France, explique l’ar­mée de Terre.

La suite