You are currently viewing « Daniel Morin est dans le Camp du Bien, ses papiers d’hu­mo­riste sont en règle !»

« Daniel Morin est dans le Camp du Bien, ses papiers d’hu­mo­riste sont en règle !»

Au micro de France Inter, l’hu­mo­riste Daniel Morin s’est ima­gi­né jeu­di der­nier vivant une liai­son amou­reuse avec la jour­na­liste Char­lotte d’Or­nel­las. Cap­ture d’é­cran Youtube

Après le sketch de Daniel Morin met­tant en cause la jour­na­liste Char­lotte d’Or­nel­las, David Des­gouilles s’é­tonne de ne voir aucune réac­tion indi­gnée. Existe-t-il un « Camp du Bien » au sein duquel les humo­ristes ont tous les droits ?

FIGAROVOX.- Dans un billet d’hu­meur lu sur France Inter jeu­di der­nier, Daniel Morin a par­ta­gé à ses audi­teurs les fan­tasmes que lui ins­pire Char­lotte d’Ornellas… 

David DESGOUILLES.- Daniel Morin est humo­riste. On peut sup­po­ser qu’il ne s’a­git pas de la livrai­son de ses propres fan­tasmes mais vrai­ment d’un sketch à ne pas prendre au pre­mier degré. Je n’ai pas envie de vivre dans un monde où la police et la jus­tice vien­draient cher­cher des noises à des humo­ristes pour mau­vais goût. Et – enten­dons-nous bien – je trouve ce sketch d’un mau­vais goût crasse. Ce qui me pose davan­tage ques­tion, en effet, c’est le manque de réac­tion du chœur habi­tuel des indi­gnés aux­quels vous faites allu­sion. Tex a été viré pour une blague de mau­vais goût, après dix-sept ans de bons et loyaux ser­vices, après que Mar­lène Schiap­pa avait pro­tes­té publi­que­ment. La liber­té d’ex­pres­sion et son corol­laire, le droit au mau­vais goût, valent pour tous. Mani­fes­te­ment, ce n’est pas le cas.

La suite